Accueil / Jeux Vidéo / Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule…

Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule…

 Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule...note 4 multi Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule...On attendait depuis le lancement de la Vita la petite perle, le jeu bien fun et un peu déjanté, qui donnerait envie de ne plus lâcher la console, un peu à la manière de LocoRoco sur PSP. Avec Sound Shapes, mêlant à merveille plate-forme 2D à l’ancienne et exploration sonore psychédélique, nous tenons enfin le candidat idéal. Préparez votre casque audio et échauffez vos pouces, c’est parti!

 Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule...

I’m an legal alien, not a looser!

Alors que le titre avait déjà pointé le bout de son nez au Tokyo Game Show en 2011, tandis que ses développeurs ne semblaient pas trop savoir à quelle sauce Sound Shapes allait finalement se décliner, voilà que le concept finalisé débarque sur Vita et PS3, exploitant au passage le cross-gaming. Acheté sur l’un des deux systèmes via le PSN, il sera dispo automatiquement sur les deux supports, tandis que la synchronisation de l’avancement y est réalisé via un système de Cloud. Sympa, d’autant que le titre, disponible pour une grosse dizaine de francs vaut le détour, nous extirpant avec bonheur de la routinière nième déclinaison de licences qu’on a que trop vu. Du neuf, c’est bien ce que distille le titre, autant bien pour les yeux que pour les oreilles. Et ça fait du bien!

 Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule...

On ne dirait pas comme ça… il faut « voir » le son qui va avec…

On y incarne une petite boule jaune, qui peut rouler et sauter, mais qui a également la capacité d’adhérer à certaines surfaces. Elle pourra également passer en mode « bille », plus véloce, mais dans ce cas, répondant plus simplement à l’attraction. D’ailleurs, les 10 premières minutes de cette rencontre du 3ème type passent par un didacticiel. En plus des capacités de notre baballe, l’environnement y joue un grand rôle, puisqu’il s’agira d’y récolter des sortes de jetons, pour augmenter son score, mais également pour rendre plus riche le fond sonore. Car cette expérience n’est pas uniquement visuelle, puisque les éléments auditifs sont tributaires de ceux représentés visuellement, et inversement. Ainsi, certains dangers, comme de lourdes presses risquant de nous écraser au passage, y sont représentées comme des passages de basse, le rythme du morceau nous aidant à les éviter. Idem pour les ennemis ou projectiles, le plus souvent teintés de rouge. A l’inverse, certains éléments du son, comme de longues vocalises, font apparaître des passerelles qu’il faudra parcourir avant qu’elles ne s’estompent. Et ce ne sont là que quelques exemples. Ce mélange de jeu de plates-formes à l’ancienne, parfaitement calibré, doublé de interaction avec la bande son, qui plus est évolutive, donne un mélange rafraîchissant. Pour peu que l’on soit ouvert à de nouvelles expériences sensorielles, Sound Shapes, en savant mélange, nous propose une alchimie quasiment enivrante. Bien que le titre soit jouable également sur PS3, disposant de niveaux identiques, il prend tout son sens sur la Vita, avec un bon casque audio sur les esgourdes, le son à fond. Avec des niveaux très différents visuellement, doublé de bandes-son excellentes (Beck en a même réalisé une pour le niveau nommé City), l’imagination débridée des concepteurs procure de vrais moments de bonheur, à la difficulté parfois bien relevée. On les choisi d’ailleurs à la façon d’un vinyle, représentant différents mondes, tandis que les pistes représentent les niveaux de ceux-ci. On ne connaît par contre pas la réelle motivation de notre balle jaune, si ce n’est qu’elle démarre comme matérialisée sur un tourne-disque, pour en retrouver un autre en fin de niveau. Mais peu importe, la trentaine de niveaux dont dispose le titre permet de s’éclater.

 Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule...

Certains passages sont particulièrement minimalistes visuellement, mais diablement prenants…

Evidemment, avec un titre aussi addictif, les niveaux inclus, qui devraient très vite en voir d’autres arriver en DLC, ne sont que le début de cette exploration sensorielle. Heureusement, sans quoi il suffirait d’une poignée d’heures pour le terminer. En fait, Sound Shapes est livré avec un éditeur de niveau complet. Chaque fois qu’un niveau du mode campagne est terminé, le joueur en récupère les éléments, qui sont alors disponibles pour réaliser ses propres créations. A nouveau, la Vita se prête parfaitement à l’exercice, puisque ses surfaces tactiles sont très bien exploitées pour créer de nouvelles aires de jeu. A vous les créations les plus folles. Les vôtres, mais également celles de toute une communauté de joueurs, puisque toutes les créations sont partageables en ligne, et vous pourrez même éditer celles-ci à l’envie. De quoi avoir entre les mains un jeu à la durée de vie illimitée, tant que la communauté lui donne vie…

Basé sur un concept simple en apparence, avec des graphismes 2D soignés mais restant minimalistes, Sound Shapes réussit un excellent mélange des sens, qui permet de retrouver à quelque part le bonheur instantané procuré par des titres que nous classons actuellement dans le genre retro-gaming, avec cette touche musicale intégrant le gameplay qui fait la différence. C’est cette dernière, procurant la sensation de posséder un nouveau sens, hybridation entre notre vue et notre ouïe, qui place Sound Shapes dans la catégorie des OVNIs vidéoludiques, comme en aimerait en découvrir plus souvent. Parce que finalement, à choisir entre un réalisme HD poussé à fond dans le prochain FPS ou un bon gros délire qui permet de se divertir l’esprit d’une autre manière, c’est tout vu. Ou entendu. Ou peut-être les deux!

Le titre sera dispo le 14 août sur le PSN.

Allez, on vous met un petit trailer, histoire de voir à quoi ça ressemble icon wink Test : Sound Shapes, les aventures de DJ bouboule...

Eric Rivera

Laisser un commentaire