Home / Games / Test – Deponia

Test – Deponia

img_1309En grandissant avec l’informatique et particulièrement des MacIntosh, j’ai plus fait de Point and Click que tout autres types de jeu, même des RPGs. C’est dire si j’ai vu et joué au pire comme au meilleur. J’ai eu King’s Quest 1 à sa sortie, et découvert les Escape Rooms ces dernières années en flash ou en html5. J’avoue que pourtant rien ne me préparait à Deponia. C’est un bon Point and Click sur le papier, mais la réalisation laisse beaucoup à désirer. Déjà, pourquoi passer de tels jeux – pas l’ensemble des points and click, mais cette série en particulier – sur console ? Dans ce cas précis, la réponse m’échappe.

  • Test
  • Fiche

A l’œil
Deponia 1er écranÉtonnamment, pour un jeu qui me fait autant grincer des dents sur les autres aspects, le graphisme est plutôt pas mal. De style un peu ligne claire, mais avec une foule de détails qui tient presque du « Où est Charlie ? », les images sont pourtant totalement lisibles, et la plupart des objets n’ont pas besoin de leur légende pour être reconnaissables. Les visages portent bien les émotions, et les décors sont plutôt frais et amusants, tout en sachant que la ville est bâtie au milieu d’une décharge. Mais pas de gore ou de dégoûtant dans ce jeu, au niveau des graphismes, ça reste dans le tout public.

Oreilles vides
Il n’y a pas vraiment beaucoup de musique. Le titre de début et certaines scènes cinématiques fixes sont munis de leur bande son, mais sinon, ce sont surtout les effets sonores qui sont importants. D’un côté, c’est compréhensible, la musique risquerait de gêner le jeu qui utilise les sons comme des indices. Mais quand même, surtout avec les volumes réglables dans les préférences, j’avais espéré un peu plus de la bande sonore. Bon, pour le peu qu’il y a, ce n’est pas mal du tout.

Deux mains gauches
Deponia TutorialAvec la jouabilité, on arrive tout de suite dans la partie catastrophe. Il faut bien comprendre que ce jeu a été porté d’une interface souris (+ clavier) sur une manette, donc c’est forcément difficile. Mais une absence de logique et la redondance de certaines actions sur plusieurs boutons alors que d’autres passent à la trape en font un jeu pénible. Quelques exemples:
1) pour utiliser un objet sur un autre, il faut ouvrir l’inventaire; alors que tout a été fait avec le bouton de direction gauche pour passer d’un objet à l’autre, il faut soudain utiliser le joystick gauche à la place, et plus moyen de choisir un objet sans aller dessus.
2) les déplacements peuvent se faire en mettant le focus sur l’endroit voulu (L1/R1), puis en appuyant sur x, et sur o pour passer le déplacement lui-même – c’est indispensable avec un déplacement hyper lent et sans touche pour « courir » – mais bien sûr, quand vous êtes « coincé » dans un endroit, les raccourcis ne fonctionnent soudain plus.
3) lorsqu’un objet est proche d’un autre ou d’une sortie, le curseur se déplace parfois tout seul de ce millimètre entre le moment où vous sélectionnez l’objet et celui où vous appuyez sur le bouton d’action. À force de sortir au lieu d’utiliser un objet, cela devient énervant.

Casse-tête
Deponia inventaireAucune habileté ou coordination manuelle n’est vraiment nécessaire ici, tout action, à défaut d’être vraiment logique, est parfaitement décomposée. Exemple: pour endormir une personne, il vous faudra une fléchette, un tranquillisant, et une « sarbacane ». Nul besoin de savoir viser, du moment que vous avez fait les actions amenant à ces trois objets, le scénario continue. Les casses-têtes sont même cohérents. Par contre, à cause du phénomène expliqué ci-dessus (3), vous allez devoir revenir à un endroit pour faire l’action simplement parce que le jeu a pris votre clic comme une volonté de sortir de la pièce, rendant artificiellement le jeu difficile pour rien. Le tutoriel n’explique que peu de chose, et tout en description, pas en faisant faire au joueur. Il manque une page avec les commandes puisque le tutoriel en mentionne moins de dix et aucune alternative.

C’est quel siècle, déjà ?
Deponia RufusLe principe de prendre un anti-héros ou un personnage ambigu comme personnage principal n’est pas nouveau. Si l’idée fonctionne bien sur le papier, elle est terrible en réalisation. Je n’arrive pas du tout à m’identifier à Rufus, ou simplement même à le supporter. Cet individu est sexiste, vénal, avare, … – alors même que j’ai passé 85% de ma vie de gameuse à devoir jouer avec des personnages masculins – à qui j’aimerais plus envoyer un poing dans les dents qu’aider à agir est présent de A à Z. Il y a des séries / jeux avec des anti-héros en principal qui fonctionnent (Kratos, Dante, Altair, …), mais ce n’est vraiment pas le cas ici. A contrario, Dani qui est clairement développée comme une antagoniste apparaît rapidement comme un personnage positif à cause du traitement de Rufus et malgré ses défauts, j’aurais tout à fait trouvé sympa de jouer avec elle en principal. De plus, sans dévoiler la fin, Rufus tire en permanence la couverture à lui alors que ce n’est pas lui qui est en danger de mort pour sauver les Déponiens, par exemple… Ce sexisme régulier que les créateurs tentent d’excuser par un vague « oui mais l’amour » en fin de jeu est répugnant.

Pour quelques heures
Deponia CutsceneDeponia est un « petit jeu » du PSN, donc je dirais que le scénario (divisé en plusieurs chapitres) est d’une longueur convenable pour un tel jeu. Le scénario est une ligne droite de laquelle on ne peut s’éloigner: Il n’y a pas de quêtes secondaires, de méthodes alternatives, … mais certaines actions donnent des trophées playstation pour les plus assidus.

Testé à partir de la version PSN

** Test réalisé par Midori, maman, amatrice de jeux vidéo, livres, musique et plein d’autres choses. Coupable de http://www.loutan.net/blog/ et plein d’autres… **

Type: Point and Click
Éditeur : Daedalic Entertainment
Age/Pegi : 12+
Sortie :
Multi-joueurs :
Plate-forme : PS4
Testé sur : PS4

  • point and click!
  • humour dans l’utilisation des objets

  • (anti)héros pass intéressant
  • portage souris -> manette
  • manque de musique
  • difficulté nulle
  • ligne scénaristique unique et fixe
  • sexisme

 

Commentaires
En grandissant avec l'informatique et particulièrement des MacIntosh, j'ai plus fait de Point and Click que tout autres types de jeu, même des RPGs. C'est dire si j'ai vu et joué au pire comme au meilleur. J'ai eu King's Quest 1 à sa sortie, et découvert les Escape Rooms ces dernières années en flash ou en html5. J'avoue que pourtant rien ne me préparait à Deponia. C'est un bon Point and Click sur le papier, mais la réalisation laisse beaucoup à désirer. Déjà, pourquoi passer de tels jeux - pas l'ensemble des points and click, mais cette série en particulier…

En résumé

A mon avis

A virer

Sachant que d'autres Point and Click ont été portés avec succès sur console, on peut en déduire que ce n'est pas infaisable. Je ne sais pas s'il s'agit là de mauvais choix exécutifs ou d'incompétence, mais le résultat n'est pas du tout à la hauteur pour une console actuelle. Au final, Deponia est un mauvais portage d'un jeu décevant, ce qui est triste parce que les Points and Click de développeur indies sont indispensables au monde vidéoludique. J'ai eu du mal à le finir, non pas à cause de la difficulté mais à cause de l'absence d'intérêt. J'espère que le niveau s'améliorera pour d'autres titres. C'est donc un jeu à éviter (oui, je crois bien que c'est la première fois que je dis ça d'un jeu) !

Voir aussi...

Point Barre Édition Pixel – SuperScreen, ME Andromeda, Magic Calendar, Hollow Knight, Lost

Nouveau samedi, nouvelle capsule de Point Barre, L’Edition Pixel, pour le résumé de l’actu de …