Home / Games / Test -Tales Of Berseria

Test -Tales Of Berseria

Devenue une icône dans le paysage des J-RPG, la célèbre franchise des Tales Of développée et éditée par Bandai Namco, essaie de retrouver sa place auprès de la communauté puisque la série a essuyé énormément de critiques ses dernières années. On se rappelle encore de l’accueil fait sur Tales of Zesteria paru en 2015. Un défi de taille est donc lancé pour l’équipe en charge du développement.

  • Test
  • Fiche

Une histoire de famille, une histoire de vengeance…

Comme tout bon J-RPG, tout commence par une bonne histoire et Tales Of Beseria ne déroge pas à cette règle et propose une histoire de qualité, bien plus sombre que celles proposées habituellement, avec une intrigue axée autour d’un personnage animé par la vengeance et qui ne pourra étancher sa soif qu’une fois son objectif atteint. Berseria nous place donc aux commandes de Velvet, qui se retrouve transformé en démon après la trahison d’Artorius, son beau-frère et exorciste, qui sacrifia son petit frère Alphicet sous ses yeux afin de réveiller une puissante entité. Ce rituel fut réalisé afin de sauver l’humanité d’un terrible fléau qui pousse tous les humains à se transformer en démons, mais Velvet ne vois pas ces évènements du même œil et ne souhaite qu’une chose: détruire l’homme responsable de la mort de son frère et ainsi lui rendre justice, peu importe les moyens et la manière d’y arriver.

Tout au long de sa quête notre héroïne rencontrera divers personnages qui deviendront des frères d’armes pour certains ou de simple compagnons de voyages pour d’autres. Ce qu’il y a de particulièrement réussi dans ce Tales Of, c’est que chaque personnage possèdent sa propose personnalité, ses proposes convictions et sa propre histoire. L’écriture autour des personnages que compose cet épisode est particulièrement prenant, ce qui donne un réel intérêt à l’histoire générale qui est dépeinte dans Berseria, à tel point qu’il en devient attachant et qu’on n’hésitera pas à se replonger dans le jeux pour poursuivre notre aventure.

Tout comme Tales Of Zesteria ou les précédents épisodes de la franchise, Tales Of Berseria est clairement en dessous de ce que proposent habituellement les autres productions en termes de qualités graphiques, mais on oubliera rapidement cet aspect une fois plongé dans l’histoire, puisque la direction artistique prend rapidement le dessus et offre une expérience de jeu particulièrement réussie. De plus, présentées tel un manga, les habituelles cinématiques sous formes de dessins animés viennent sublimer l’histoire en plus des différentes saynètes. En plus d’être bien plus vivante que précédemment, les différentes saynètes viennent casser par moment la narration afin d’offrir quelques passages complètement décalés et ajoutent une pointe d’humour qui colle bien à l’univers ainsi que ce petit quelque chose qui rend l’ensemble de l’œuvre bien plus agréable et attachante.

En plus de cette atmosphère mignonette et agréable à parcourir, les développeurs ont intégré une bande-son particulièrement entrainante et qui s’associe parfaitement aux différentes situations rencontrées. Notez également que le choix de la langue offrant la possibilité de profiter du titre en anglais ou en japonais sous-titré augmente cette immersion.

Que serait un Tales Of sans son système de combat particulièrement intéressant ? Pourtant Berseria casse les codes des précédents opus et offre une expérience plus dynamique du fait que dorénavant il est possible de se déplacer sur l’aire de combat à notre guise et de pouvoir jouer directement sur la position de la caméra. Point particulièrement controversé dans Zestiria. De ce fait l’approche devient plus simple et l’enchainement des combos ne se fait plus avec les associations : artes + direction, mais directement par les touches, carré, croix, rond, triangle, et L1. Maintenant il suffit d’associer les différentes Artes, martiaux et cachés, à notre guise jusqu’à quatre par bouton pour déchainer des combos dévastateurs sur le champ de bataille. Petite nouveauté et non des moindre: l’apparition du Brise âme. Cette mécanique unique pour chaque personnage offre la possibilité de transformer son héros au détriment de ses points de vie d’une simple pression de la touche R2 et ainsi briser la limite des combos et maîtriser, si bien utilisé, les groupes d’ennemis qui nous font face.

Autres mécaniques avec lesquelles il faudra composer dans un premier temps: la ressource JA. Cette ressource principale se compose de cinq âmes au maximum et détermine le nombre d’Artes que nous pouvons utiliser lors de nos combos. Une fois la barre de JA épuisée, on devient vulnérable face aux ennemis, leurs permettant ainsi de bloquer plus facilement nos attaques. Mais pas de panique, il est possible de récupérer des âmes en tuant ou en infligeant des altérations, comme le fait de sonner un monstre en lui infligeant des dégâts sur ses points faibles. C’est pour cela que bien préparer ses combos est primordial avant de se lancer tête baissé dans le combat. Dans un deuxième temps il faudra compter sur la ressource JP. Déblocable plus tard dans l’aventure les JP permettent de lancer les fameuses Artes Mystiques. Ces puissantes et dévastatrices attaques permettent d’infliger de gros dégâts aux ennemis et permettent de se sortir de certaines situations périlleuses.

Si dans l’exécution le système de combat se simplifie, il faudra tout de même passer énormément de temps dans les menus afin de préparer au mieux les différents combats. D’ailleurs c’est l’un des points négatif de ce Berseria, puisqu’on passe beaucoup de temps à configurer nos combos en prenant en compte, et c’est obligatoire, les résistances et faiblesses des ennemis. Sachant que chaque Artes est associés à un voir plusieurs éléments. Ceci dit les développeurs ont eu la bonne idée de permettre la configuration et l’association des Artes aux différentes touches en combat en passant par le menu rapide, afin de ne pas être surpris par la résistance élémentaire d’un ennemi à un autre.

 

Bien entendu et RPG oblige il faudra également vérifier, améliorer et changer régulièrement sont équipement. Récupérable sur les ennemis en fin de combats ou achetable, l’équipement est très important dans Tales Of Berseria puisqu’il permet bien sûr d’améliorer ses caractéristiques mais permet également d’apprendre de nouvelles compétences grâce à la maîtrise de ces derniers. Chaque partie d’équipement possède une barre d’expertise qui s’accumule en fonction de points récupérés en combat. Pour faire simple plus vous enchaînez des combos, d’altérations et que vous tuez un ennemis lors des combats, plus vous accumulez des points d’expertise qui permettent de maitriser votre équipement. Autre point sur l’équipement, il est également possible d’augmenter le niveau d’une pièce par un système que nous pouvons assimiler au craft. Vous pourrez tout au long de l’aventure récupérer des composants en récompense de combat, dans des coffre ou en détruisant une pièce d’équipement, afin d’améliorer votre arme ou votre ceinture par exemple.

Le système de titre est toujours présent et permet de personnaliser nos personnages grâce aux différents bonus qu’ils procurent. Chaque titre possède trois niveaux et il faudra remplir diverses conditions pour les améliorer. Les bonus obtenus ainsi ne sont pas négligeables et méritent qu’on s’y attarde.

Dernier point à aborder avant de conclure notre test: le contenu offert par Tales Of Berseria. Comptez en moyenne 50 à 60 heures de jeux pour boucler l’histoire principale, à côté de ça il faudra composer avec les quêtes annexes, les mini-jeux qui offrent la possibilité de gagner des points tales, afin de récupérer divers costumes ou encore des matériaux pour l’amélioration de nos équipements, sans oublier la chasse du 100%. Si les phases d’exploration font parties des points négatifs puisqu’ils sont globalement moins développés que sur les précédents opus, il faudra toujours aller visiter le moindre recoin afin de trouver le coffre oublié lors de nos premiers passage ou le Code Rouge, monstre unique à tuer, pour boucler notre escapade. Notez également que vous aurez la possibilité de recommencer l’aventure en gardant votre avancée grâce à la Nouvelle partie +.

Type: RPG
Editeur: Bandai Namco
Age/Pegi:  16
Sortie: 27/01/2017
Multijoueur: Non
Plates-formes: Playstation 4/ PC
Testé sur: Playstation 4
Devenue une icône dans le paysage des J-RPG, la célèbre franchise des Tales Of développée et éditée par Bandai Namco, essaie de retrouver sa place auprès de la communauté puisque la série a essuyé énormément de critiques ses dernières années. On se rappelle encore de l’accueil fait sur Tales of Zesteria paru en 2015. Un défi de taille est donc lancé pour l’équipe en charge du développement.      

En résumé...

A mon avis...

Incontournable

Tales Of Berseria insuffle un renouveau à la franchise et permet de dire sans trop d’hésitation qu’il se place parmi les meilleurs opus de la saga. Outre les quelques défauts plus ou moins notables tels que l’exploration en dessous des autres épisodes, et l’obligation de passer énormément de temps dans les menus, Berseria nous offre une expérience riche et attachante grâce à son contenu monstrueux, à sa narration et au travail fait autour des différentes personnages. Le travail réalisé sur le système de combat et sur la bande-son le rendent particulièrement jouissif et Tales Of Berseria devient un incontournable pour tous les fans de J-RPG mais également pour les nouveaux joueurs.

 

  1. La direction Artistique
  2. La narration
  3. Les personnages, principalement Velvet
  4. Le système de combat ultra fun
  5. Les saynètes
  6. Le contenu
  1. On passe beaucoup trop de temps dans les menus
  2. Techniquement un peu léger

 

 

Commentaires

Voir aussi...

Marvel’s Guardians of the Galaxy sortira le 18 avril 2017

Telltale Games vient de confirmer la sortie de Marvel’s Guardians of the Galaxy: The Telltale …