Home / Games / Test – Ghost Recon Wildlands

Test – Ghost Recon Wildlands

Avec un dernier épisode de la série des Ghost Recon estampillé Tom Clancy qui remonte à 5 ans, ce nouveau Wildlands était pour le moins attendu au tournant. Ubisoft entendait bien faire évoluer sa licence et lui offrir la liberté de jeu qu’on attendait depuis longtemps. Il semblerait bien que de ce côté, la mission soit accomplie…

  • Test
  • Fiche

Coke en stock

Départ pour la Bolivie. C’est dans ce beau pays que se déroule cet épisode, Wildlands, dans lequel on y incarne toujours un membre de l’unité d’élite des Ghosts, avec cette fois-ci comme objectif de dégommer le dénommé El Sueno, puisqu’il faut bien un méchant à toute aventure qui se respecte. Ce dernier est à la tête d’un des plus grands réseaux de drogue au monde, oeuvrant dans la cocaïne, les Santa Blanca. Commence alors une sorte d’infiltration dans les cartels pour mieux cerner la personnalité de ce personnage complexe, effrayant et à la fois charismatique, pour espérer de pouvoir l’approcher. Tout cela dans le noble but de détruire et démanteler les connexions qui existent entre le gouvernement local et Santa Blanca. Pour autant, si l’histoire tient la route, dans Wildlands, on pourra allègrement passer outre, contrairement aux autres grandes productions d’Ubisoft, puisque le titre ne se focalise que très peu sur son histoire. C’est un peu dommage, car on aurait bien aimé en voir un peu plus, mais la force principale de ce Ghost Recon est à chercher ailleurs. Son terrain de jeu, véritable bac à sable, recèle moult occupations pour les joueurs qui y sont rapidement mis à l’aise. Prise en main rapide, background de qualité, objectifs clairs, tout y est pour se jeter dans l’aventure sur un fond de Bolivie très réaliste. De ce côté, on est carrément soufflés par les panoramas superbes, sublimée par des effets de lumière tout à fait à la hauteur, même si certaines textures sont un peu à la traine et qu’un peu de clipping et d’aliasing sont bien de la partie. Ce sont pas moins de 21 régions qui composent la Bolivie revue par Wildlands, un mélange navigant entre civilisation et plaines désertiques. On sent bien dans le titre la patte d’Ubisoft, tant les similitudes avec des jeux comme Far Cry, Watch Dog ou the Division sont présents. Pour autant, la promesse d’Ubisoft avec Wildlands est à chercher ailleurs, du côté du gameplay et de l’aventure solo et en co-op. Et c’est là que ça coince parfois un peu…

Libre comme le vent?

De liberté, il en est bien question dans ce nouvel opus. Tout est mis en place pour offrir aux joueurs de faire évoluer leur personnage à leur guise. C’est d’ailleurs un des points forts de ce Widlands, qui ne force jamais à réaliser de manière trop dirigiste une action. Si un ennemi se présente, libre à vous de choisir la manière qui vous plaira. On navigue donc entre action et réflexion, d’autant que le but ultime, atteindre El Sueno, n’est pas un objectif fixé chronologiquement. Sur ce point, ce Ghost Recon est une vraie réussite, et il y a fort à parier que votre partie et avancement ne sera pas celui d’un ami qui s’est lancé dans l’aventure tant les possibilités sont variées pour atteindre un objectif. Wildlands n’oublie pas, au passage, de mêler une partie de RPG dans son liant, puisqu’il faudra, en plus de créer son avatar, prendre du temps à le faire évoluer, entre aptitudes et armement. Sur ce dernier point, le jeu se veut très complet, tandis que plus on montera en niveau et plus notre héros verra ses compétences améliorées, ce qui lui facilitera la vie pour accéder aux bases ennemies ou en augmentant la puissance du drone dont il est équipé. Un drone qui s’avère d’ailleurs un atout non négligeable et qui rendra largement service, un peu à la manière de ce que l’on a déjà vu dans Watch Dogs 2. Enfin, pour ce qu’il en est des déplacements dans la Bolivie modélisée suivant 11 écosystèmes différents, les véhicules ne sont pas en reste, puisque l’on pourra compter sur un panel de 60 types, allant des tanks, avions, hélicos, bateaux de pêcheurs et autres jeeps. Malheureusement, la conduite de ces derniers n’est pas au top, et il faudra se montrer patient pour les dompter pleinement.

Fight!

Dans Wildlands, il est question tout naturellement de combats. Ici encore, le plaisir se voit quelque peu gâché par une I.A. pour ainsi dire déroutante. Tant les alliés, joués par des bots, sont niais. Ils sont pourtant indispensables dans les combats, puisque le nombre des opposants fait rapidement mal si on se retrouve seul face à eux. On aurait aimé pouvoir voir les coéquipiers gérés par l’I.A. un peu plus futés, mais ils sont trop limités, tout juste suivront-ils un ordre basique. Pire, ils deviennent pour ainsi dire invisibles pour l’ennemi alors que celui-ci nous repèrera à des dizaines de mètres. De plus, le fait de leur donner des ordres n’influera que trop peu sur la partie jouée. On aurait bien souhaité qu’ils prennent plus d’initiatives relativement aux situations ou qu’ils interagissent mieux avec l’environnement. Toujours au niveau de l’I.A., celle des ennemis est encore plus stupide, sans tactique: ils se mettent très souvent à découvert juste pour atteindre le joueur, sans une once de réflexion. Et il suffit de disparaître à quelques encablures pour qu’une traque initiée par les ennemis se termine. Bref, des défauts qui sont présents également dans nombre de jeux en monde ouvert, qui sont malheureusement présents dans ce Widlands.

Avec des potes, ça passe mieux…

Heureusement, pour pallier au manque de jugeote de l’I.A. contrôlant le reste du team des Ghosts, on peut y jouer en co-op. Mais il faut pour cela disposer de 3 potes disponibles pour mettre en place une tactique qui proposera une expérience qui s’avèrera alors fun, variée et bien mise en scène. Ubisoft semble d’ailleurs avoir misé sur ce mode de jeu en particulier, et si les conditions sont réunies pour s’y adonner en co-op, ce Ghost Recon devient une réussite. Par contre, si on y joue seul, avec l’appui de l’I.A., c’est une autre chanson, et le titre devient, au bout d’une grosse dizaine d’heures, plutôt lassant.

Type: Action
Éditeur : Ubisoft
Age/Pegi : 18+
Sortie : 03.03.2017
Multi-joueurs : 4 en co-op
Plate-forme : PC, PS4, Xbox One
Testé sur : PS4

Avec un dernier épisode de la série des Ghost Recon estampillé Tom Clancy qui remonte à 5 ans, ce nouveau Wildlands était pour le moins attendu au tournant. Ubisoft entendait bien faire évoluer sa licence et lui offrir la liberté de jeu qu'on attendait depuis longtemps. Il semblerait bien que de ce côté, la mission soit accomplie…

En résumé...

A mon avis...

Pas mal à plusieurs!

Visuellement alléchant, bien fourni et foisonnant de petits ajouts bien sentis, Ghost Recon Wildlands aurait pu être une réussite quasi totale. Malheureusement, l'I.A. à la ramasse et la quasi obligation de parcourir la map avec 3 amis en co-op pour vraiment que le jeu devienne fun est un obstacle pour nombre de joueurs. Autant dire que le jeu en solo est bien moins intéressant qu'entre amis. Amateurs d'expériences solitaires, vous voilà avertis.

  • Grand open-world
  • Jolis graphismes
  • Combats en co-op

  • Solo moins intéressant
  • I.A. à la ramasse
Commentaires

Voir aussi...

Destiny 2 : Trailer de gameplay en 4K pour la version PC

Même si les consoles de salon sont puissantes, surtout avec l’arrivée de la PS4 Pro …