Home / Games / Test Flash – The Elder Scrolls V : Skyrim sur Switch

Test Flash – The Elder Scrolls V : Skyrim sur Switch

Événement à sa sortie il y a six ans déjà, The Elder Scolls V : Skyrim débarque sur la Switch. Si l’effort de Bethesda est louable, le mythique RPG sent un peu le renfermé. Ça tombe bien, on va pouvoir l’emmener prendre l’air !

Same casseroles, play again

Annonce surprenante incluse dans la première vidéo présentant le concept de la Switch, Skyrim est bien devenu une réalité. Bethesda profite ainsi de l’aubaine pour occuper la place avec une « vieillerie », en attendant un nouveau volet canonique. On ne va pas ici vous refaire le test du titre, puisqu’il est identique en termes de contenu aux versions PS3 et Xbox One qu’on vous présentait dans ces colonnes en novembre 2011 déjà. Nous allons simplement jeter un œil à la qualité du portage en lui-même, ce sera plus parlant…

Pas la peine de tortiller, ce Skyrim s’affiche très convenablement sur la petite Switch (un peu moins sur l’écran TV, comme bien souvent), la fluidité est bien là, l’aspect global est conservé et les temps de chargement sont convenables. Comme il y a 6 ans, certains bugs de collision « d’origine » sont toujours là, tout comme des textures un poil à l’ouest. Le portage est donc bien fidèle, même dans ses défauts initiaux. Mais au moins, maintenant, on peut embarquer Skyrim dans les transports publics, et ça, c’est vraiment sympa. Par contre, le motion gaming qui s’incruste à bord de cette version est dénué d’intérêt. On aurait franchement préféré que Bethesda annonce l’arrivée prochaine de mods sur cette version. Bon, cela reste une option, mais elle tombe à vraiment à plat. Ensuite, on a droit à l’exclusivité des tenues et accessoires de Zelda, mais honnêtement, mis à part un certain fan service, on repassera. Et enfin, mais peut-être que ce point sera amélioré via une mise à jour, il faut souligner que la batterie de la Switch en prend pour son grade, avec une longévité sur le titre qui ne dépasse guère les 2 heures 30 minutes sur Skyrim, qui visiblement, pompe pas mal à ce niveau.

Alors, on craque ?

Oui, et… non. Six ans après, même si le titre inclut tous les DLC, permettant de profiter de dizaines d’heures de jeu en mode nomade, on ne peut que constater que Skyrim a pris un sacré coup de vieux. Quand on le met face au dernier Zelda, la comparaison est encore plus flagrante. Reste que le portage est de qualité, et que Skyrim demeure Skyrim, doté tout de même d’une belle richesse, malgré un gameplay qui s’est arrêté à 2011. Mais bon, vous me direz que s’il y a une clientèle pour le retro-gaming tout pixelisé, un titre vieux de 6 ans, ça doit bien se vendre, même pour une cinquantaine d’euros et autant de francs. Non?

Événement à sa sortie il y a six ans déjà, The Elder Scolls V : Skyrim débarque sur la Switch. Si l’effort de Bethesda est louable, le mythique RPG sent un peu le renfermé. Ça tombe bien, on va pouvoir l’emmener prendre l’air ! Same casseroles, play again Annonce surprenante incluse dans la première vidéo présentant le concept de la Switch, Skyrim est bien devenu une réalité. Bethesda profite ainsi de l’aubaine pour occuper la place avec une "vieillerie", en attendant un nouveau volet canonique. On ne va pas ici vous refaire le test du titre, puisqu’il est identique en termes de…

Rapido...

A mon avis...

inzepoket

Fidèle à l'original, Skyrim sur Switch apporte la portabilité au titre. Et c'est un peu près tout. Oui, le titre de Bethesda a pris un coup de vieux, mais il devrait plaire, de par sa richesse. Sans doute aux vieux, justement...

Commentaires

Voir aussi...

Street Fighter V : Arcade Edition se dévoile dans une longue cinématique

Attendu pour le 16 janvier 2018 sur PC et PS4, le jeu de combat « Street …