Home / Games / Wulverblade – Test

Wulverblade – Test

Wulverblade est un beat’em up sorti le 30 janvier 2018 sur PC (Steam), Xbox ONE, PS4 et Nintendo Switch, développé par Fully Illustrated et édité par Darkwind Media.

 

  • Test
  • Fiche
  • Galerie

 Wulverblade, un jeu plein d’ambitions

Dans Wulverblade, on incarne au choix, Brennus, Guenièvre ou Caradoc (alors non, celui-ci ne sort pas de « C’est pas faux » ou de « Le gras c’est la vie » à tout bout de champ). Au programme : Castagnage de romains, des jolies images et de la lecture, beaucoup de lecture.

L’histoire ne meurt jamais…

Quand on pense beat’em up on pense la plupart du temps à un simple défouloir. Cependant, le titre de Fully Illustrated est fait pour être bien plus que ça. On a donc ici affaire à un beat’em up assez classique, dynamique dans son ensemble, malgré un déplacement vertical maladroitement géré (on en reparlera plus bas.) et offrant une belle quantité d’ennemis à dézinguer, saupoudré d’histoire et de légendes anglo-saxonnes. Pardon, j’ai dit saupoudré ? Non, c’est plutôt le gros glaçage un peu écœurant sur le gâteau de grand-mère qu’on se force à manger parce que le reste est pas mal.

C’est là que la chose se complique : Cette grosse couche de glaçage est tellement présente qu’elle en vient à empiéter sur le jeu. La dynamique, le sentiment d’accomplissement et le fun, qui rappelons-le font partie des quelques qualités de base dont un beat’em up doit faire preuve pour mériter son appellation, sont très souvent piétinées par la passion des développeurs pour le contexte historique du jeu.

…enfin presque.

C’est donc avec une certaine irritation qu’on se retrouvera avec des bandeaux d’information relatifs au lore qui apparaissent en plein milieu de l’écran lors du ramassage d’un objet, livre ou autre, le pire des cas étant cette situation mais en plein combat. Le jeu accuse aussi un sérieux problème de déplacement vertical. Ce dernier permet évidemment un peu plus de liberté qu’un simple scrolling horizontal, mais il est surtout assez mal géré, puisqu’on se retrouve beaucoup trop souvent dans de ridicules situations telles que notre héros moulinant comme un idiot dans le vide alors que notre ennemi n’est qu’un poil décalé sur cet axe et… ben… une épée ça a quand-même plus de portée qu’un couteau à beurre. Même si on finit par s’y faire, ça reste gênant tout le long du jeu.

Un jeu artistiquement plus que réussi

Pour ce qui est des graphismes, Wulverblade s’en sort bien, très bien même. L’attention portée aux visuels et nette. Le côté cartoon et dessins à main levée sont très réussis. Le code couleur alliés/ennemis est un peu confus, puisqu’assez légèrement marqué. La bande son est bien dans le thème et entraînante, quoiqu’un peu répétitive et les bruitages restent assez classiques. Rien de particulier à signaler comme réel défaut en dehors du narrateur qui raconte l’histoire de notre héros, ce qui, en soit, n’est pas un problème, mais le souci c’est qu’il le fait également en combat. Concentration oblige, on rate inévitablement des passages, ce qui est bien dommage, car l’histoire est intéressante.

Un travail de recherche impressionnant

En parlant d’histoire, le scénario est manque un peu de rythme, l’histoire est quasi-constamment commentée par le narrateur et ne laisse pas la place à l’action d’imprégner le joueur (il faut quand-même préciser qu’à la fin du jeu, au dernier niveau plus précisément, le rythme s’accélère considérablement et le titre de Fully Illustrated devient vraiment prenant. C’est juste un peu dommage que ça ne dure pas, donc.), mais grâce aux éléments issus des recherches sur le terrain, Wulverblade montre son atout majeur, à savoir la présence dans le jeu d’endroits, de personnes et de légendes ayant réellement existé dans son contexte historique. Des différents forts romains aux pierres de Stonehenge, l’attention portée aux détails démontre bien la passion avec laquelle les recherches ont été réalisée. Quelques vidéos tournées en cours de repérage et commentées par le narrateur sont même déblocables dans lesquelles on pourra admirer quelques lieux présents dans le jeu.

Platiner, platiner, succès, succès

Grâce à la présence de différents modes de jeu, de plusieurs personnages jouables, de classements en ligne et d’une sorte de New Game + (je ne m’étendrai pas dessus, pour éviter de spoiler), le jeu est clairment destiné à être platiné et éventuellement speedrunné, par contre l’histoire que l’on joue sera toujours la même ce qui rend la chose un peu répétitive, étant donné la durée de la campagne qui est d’environ 7 heures en difficulté normale.

Pour ce qui est du prix, qui est aujourd’hui environ 15 chf sur Steam (ce qui reste dans la moyenne des jeux sur Steam), il est relativement correct si vous comptez platiner le jeu, car pour 7 heures de jeu c’est peut-être un peu léger.

Au niveau technique, Wulverblade tourne parfaitement sur à peu près n’importe quelle machine un tant soit peu orientée jeu, évitez simplement le vieil ordinateur portable de mamie. Ma configuration (Un vieux i7 920, 12gb de RAM et une GTX1060 6Gb, en gros) fait largement tourner le jeu à plus de 60 fps, toutes options graphiques poussées au maximum, bien que ces dernières soient relativement limitées.
Une chose toutefois, bien que Wulverblade semble supporter l’affichage en 21:9, il en résulte quelques bugs graphiques, mais ce problème sera probablement arrangé dans les mises à jour futures.

Wulverblade, c’est un peu comme de jouer sur une borne d’arcade après l’école, sauf que le prof d’histoire s’est tapé l’incruste. En dehors de ça, le jeu est assez fun, on castagne frénétiquement les ennemis, malgré ses défauts Wulverblade est un jeu sur lequel on passera vraiment un bon moment et ceci grâce à la passion des développeurs que l’on ressentira tout au long de la partie.

(Wulverblade a été testé sur PC, avec une version téléchargée sur Steam.)

 Type : Beat’em Up
 Éditeur : Darkwind Media
 Développeur : Fully Illustrated
 Age/Pegi :  18+
 Sortie :  31.02.2018
 Multi-joueurs :  Coop en local
 Plates-formes :  PC, ONE, PS4,Switch
 Testé sur :  PC

  • Direction artistique exceptionnelle.
  • Culturellement chargé et très recherché.
  • Rappelle les bons vieux beat’em up.
  • Plutôt bonne rejouabilité pour le genre

  • Manque de fluidité dans le gameplay.
  • DA et côté « historique » qui empiètent sur le jeu en lui-même.

Wulverblade est un beat'em up sorti le 30 janvier 2018 sur PC (Steam), Xbox ONE, PS4 et Nintendo Switch, développé par Fully Illustrated et édité par Darkwind Media.  

En résumé...

A mon avis...

Pas top, mais...

Wulverblade ne fait pas dans la demi-mesure: gros travail de recherche, une belle direction artistique et un véritable soucis du détail. Seul souci: le manque de précision du gameplay qui fiche un sacré coup au jeu dans le décompte final.

A propos Chris Blanco

Chris Blanco
Chris, 22 ans, je suis un grand fan de jeux vidéos et y consacre une grande partie de mon temps libre. J'aime partager mes opinions et mes idées avec la communauté, le tout dans le respect et l'ouverture d'esprit. Mon autre grande passion est la musique, j'ai un groupe de Thrash Metal (Brokenhead) dans lequel je suis bassiste et je participe régulièrement à des concerts et festivals.

Voir aussi...

PURE I9 : L’ASPIRATEUR AUTONOME QUI VA TOUT CHANGER !?

Si l’on associe souvent la société iRobot comme le créateur de l’aspirateur autonome ou aspirateur …

Red Sparrow en DVD & Blu-ray (concours inside)

Jeune danseuse étoile russe au Bolchoï, la carrière de Dominika Egorova est stoppée nette lorsqu’elle se brise le tibia. …

2K – Travis Scott en charge de la bande-son de NBA 2K19

Le rappeur nommé aux Grammy Awards, Travis Scott, dévoile via une vidéo sur Instagram les morceaux …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :