Home / Au cinéma / Découvrez « Chaplin’s World » à Corsier-sur-Vevey

Découvrez « Chaplin’s World » à Corsier-sur-Vevey

Si Charlie Chaplin sortait de sa tombe pour y découvrir le cinéma d’aujourd’hui, il y retournerait aussitôt !

Né en Angleterre, certainement à Londres, le 16 avril 1889 (oui, c’était son anniversaire cette semaine) et décédé à Corsier-sur-Vevey en Suisse le 25 décembre 1977, Charles Spencer Chaplin, qui eu une vie d’enfant difficile, est devenu au fil de sa carrière d’acteur, réalisateur, scénariste, production et compositeur, certes un mythe du 7e art, mais aussi un humaniste dont beaucoup de nos contemporains feraient bien de s’inspirer.

Décédé et enterré à Corsier-sur-Vevey, Charlie Chaplin s’y installa après avoir été banni des Etats-Unis en 1952 durant le Maccarthysme. Il y vécut jusqu’à sa mort dans le manoir de Ban avec sa dernière femme Oona O’Neill et ses huit enfants. Depuis 16 avril 2016, le manoir de Ban s’est transformé, sous la houlette de l’architecte et entrepreneur Suisse Philippe Meylan et du muséographe québécois Yves Durand, en partenariat avec le Musée Grévin, en un musée au titre évocateur : Chaplin’s World. Crée à la mémoire et à l’œuvre de l’artiste, Chaplin’s World rend un vibrant hommage à celui qui marqua de son empreinte l’histoire du cinéma avec son personnage de fiction Charlot, un vagabond (the tramp) qu’il interpréta dans une soixante de courts et longs métrages muets dont les inoubliables « Le Kid » (1921), « La Ruée vers l’or » (1925), « Le Cirque » (1928). Dans les années 30, il refuse de passer au cinéma sonore et filme « Les Lumières de la ville » (1931) et « Les Temps modernes » (1936). Son plus grand succès populaire sera le film satirique « Le Dictateur » (1940) où il se moque d’Hitler et Mussolini. Puis, il abandonne son personnage de Charlot dans ses derniers films : « Monsieur Verdoux » (1947), « Les Feux de la rampe » (1952), « Un roi à New York » (1957) et « La Comtesse de Hong-Kong » (1967). Pour avoir un contrôle total sur ses œuvres il fonda en 1919 la société United Artists.

A la découverte de Chaplin’s World !

Il était temps pour nous, deux ans après son ouverture, de découvrir Chaplin’s World et l’univers de ce grand personnage que beaucoup considère encore aujourd’hui comme le plus grand cinéaste de tout les temps.

Facilement accessible en voiture, Chaplin’s World possède un parking payant (CHF 4.- en sus du billet d’entrée) proche de l’entrée. Celle-ci s’effectue étrangement par la boutique. Une fois votre sésame en poche, vous voilà projeté dans le vaste domaine du Manoir de Ban. Un conseil : commencez votre visite par le studio, immédiatement sur votre gauche en rentrant. Il s’agit de la partie du musée qui retrace la vie d’artiste de Charlie Chaplin. Autant vous dire que le voyage va vous réserver de belles surprises. Prenez place dans votre fauteuil et laissez-vous embarquer dans l’histoire de Charlie Chaplin à travers un court film qui se révèle être une magnifique mise en bouche. Puis la toile se lève laissant place, avec un réalisme saisissant, à des décors de films et des personnages de Chaplin mais pas seulement (Bravo au Musée Grévin pour l’incroyable travaille réalisé). Votre visite débute et se fait de salle en salle. Vous découvrirez, outre les décors et les personnages en cire, des anecdotes, des diffusions d’extraits de films, des objets et rares costumes de l’artiste. C’est avec une petite larme à l’œil que l’on ressort de cette première visite absolument fabuleuse.

La visite du Manoir de Ban.

Vous voilà à nouveau à l’air libre. Vous avez dès à présent, soit la possibilité de faire un tour dans le grand jardin du Manoir de Ban (comptez 15 minutes pour faire le tour de la propriété) ou de visiter le Manoir de Ban qui retrace cette fois la vie privée de Charlie Chaplin. Ici aussi, l’expérience se révèle aussi riche que celle du studio. On y découvre un homme engagé politiquement, mais aussi controversé mais avant tout humain.

Chaplin’s World est un lieu que les cinéphiles du monde entier devraient visiter. Mais, il ne faut pas être cinéphile pour découvrir et apprécier ce personnage unique qui aura marqué son temps.

Pour des informations complémentaires, rendez-vous sur :

A propos Claude Talaber

Claude Talaber
Né entre l'année 1973 et 1975, ma douce enfance fut bercée par l'arrivée des premières consoles de salon. Grand fan du VidéoPac au début des années 80, c'est un MSX qui l'a très vite supplanté puis l'Amiga 500 et les longues parties de Kick Off firent définitivement de moi un joueur dévoué et passionné. Mais au-delà du monde vidéoludique, le 7ème Art fut et est encore ma grande passion. Films muets, en Noir et Blanc trouveront toujours bonne place chez moi. Bien sûr, les nouvelles technologies ne cessent de titiller mon esprit mais que le temps passe vite ! Difficile de jongler avec toutes les passions, d'autant plus que la musique, ma famille et mes amis prennent également une place prépondérante dans ma vie.

Voir aussi...

PURE I9 : L’ASPIRATEUR AUTONOME QUI VA TOUT CHANGER !?

Si l’on associe souvent la société iRobot comme le créateur de l’aspirateur autonome ou aspirateur …

Red Sparrow en DVD & Blu-ray (concours inside)

Jeune danseuse étoile russe au Bolchoï, la carrière de Dominika Egorova est stoppée nette lorsqu’elle se brise le tibia.

2K – Travis Scott en charge de la bande-son de NBA 2K19

Le rappeur nommé aux Grammy Awards, Travis Scott, dévoile via une vidéo sur Instagram les morceaux …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :