Home / Games / Gears of War 3

Gears of War 3

[singlepic id=155 w=240 h=180 float=left]Série culte dans le monde des TPS, dont elle inspira bon nombre de productions, Gears of War nous livre enfin son troisième volet, qui nous réserve quelques excellentes surprises…
[tab:Review] L’apogée d’une série qui déchire?note-45-x360

Avec un premier volet sorti un an après le lancement de la X360, lui servant tant de vitrine technologique qu’à imposer un genre magnifié dans le numéro 2, sorti il y a deux ans, la série Gears of War n’avait plus a prouver ses qualités. Pourtant, avec ce dernier titre, impossible d’affirmer que les gars de chez Epic se soient reposés sur leurs lauriers, comme cela arrive trop souvent avec les suites de suite.

Prenant place deux ans après que la CGU ait provoqué la catastrophe de Jacinto pour enrayer la double invasion des Locustres et des peu ragoûtants Lambent, on y retrouve une CGU affaiblie après la disparition du président Prescott. Forcés de quitter les îles sur lesquelles ils avaient trouvé refuge, les Gears tentent de regagner le continent à bord de leurs navires.  L’action débute avec le retour surprise de Prescott, apportant une preuve de la vie du père de Marcus, alors que les Lambents prennent d’assaut le navire…

Sur cette base scénaristique, qui distillera tout au long de l’aventure son lot de révélations et de rebondissements, GOW3 nous offre une campagne plus intense que celle de son prédécesseur, qui tiendra le joueur en haleine une bonne dizaine d’heures, dans des décors particulièrement variés aux couleurs moins ternes qu’au paravent. Grosse nouveauté de cette campagne: elle peut se jouer en ligne à 4 en coopération. Même en y jouant seul, c’est maintenant 3 frères d’armes qui seront à nos côtés, ce qui ne sera pas de trop face à des ennemis à l’IA bien balancée. Techniquement parlant, GOW3 est très réussi, repoussant encore les limites de la X360, réussissant une fois de plus à nous scotcher littéralement…

Manette en mainretailkit_gears3_screenshot_01-deltasquad

Au niveau du gameplay, les bases de la série sont toujours bien là, avec les inévitables bourrinages et les prises de position à couvert qui font tout son charme. Les exécutions deviennent au passage plus gore alors que certains ennemis font preuve de plus de résistance, tandis que l’on pourra utiliser des petits mécha fort utiles lors de certaines phases de jeu. Les armes reçoivent également leurs lots d’améliorations, héritant pour l’occasion de typicités propres les différenciant vraiment à l’utilisation. D’autres armes exotiques et amusantes sont également de la partie, ajoutant un peu d’hémoglobine sur le champ de bataille. Au registre des petites améliorations qui apportent un réel plus, on citera encore un mode arcade, qui propose de faire la campagne en coopératif ou en solo et de décompter des points en fonction de vos performances. Plus vous tuez d’ennemis, plus votre multiplicateur de points augmente, et ce dernier descend rapidement lorsque vous êtes à terre. De plus, il est possible de choisir certaines options, d’une fois débloquées. On pourra choisir que nos ennemis guérissent, que le corps-à-corps tue instantanément ou encore que le sang soit remplacé par de jolies fleurs…

Les modes multijoueurs ont également reçu des améliorations. Le mode Horde ne se contente plus de varier les vagues d’ennemis, puisqu’il faut maintenant organiser sa défense. On pourra amasser des primes, permettant de s’équiper de tourelles automatiques, d’installer des barbelés ou d’apporter des améliorations au matériel ou de le réparer. Un mode Bestial débarque, permettant pour l’occasion un pendant du mode Horde, mais du côté des Locustres… De plus, la dizaine de cartes de jeu est vraiment variée et dynamique, alors que les matches à mort en équipe intègre une notion de tickets de respawn limités à 15, coupant court aux attentes entre deux parties, avec une mort subite passé ce crédit de résurrections.

Un hit en puissance!

Ce troisième Gears of War à vraiment tout pour séduire les fans, tant Epic à peaufiné son travail, réussissant à surprendre dans une licence de laquelle on pensait avoir tout vu. Un excellent dénouement, qui se veut un incontournable pour tous les amateurs d’action sur X360. Go Gears!

Eric Rivera

+ L’intensité, le scénario, les modes de jeu…
Peut-être le dernier de la série…

[tab:Fiche]

Type: Action [xrrgroup] [xrr rating=4.5/5 label=”Graphismes:”] [xrr rating=4/5 label=”Bande Son:”] [xrr rating=4/5 label=”Jouabilité:”] [xrr rating=3.5/5 label=”Difficulté:”] [xrr rating=4.5/5 label=”Multi:”] [xrr rating=4/5 label=”Durée de vie:”] [/xrrgroup]
Editeur: Microsoft
Age/PEGI: 18+
Sortie: 20 septembre 2011
Multijoueurs: co-cop et multi online
Plate-forme: X360
Testé sur: X360

[tab:Images]

[nggallery id=23]

[tab:Vidéo]

[tab:END]

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

E3 2019 : 30 minutes de gameplay pour Dragon Quest XI S

Lors du Nintendo Direct, une bande-annonce de Dragon Quest XI S : Les Combattants de …

E3 2019 : Netflix se (re)lance aussi dans les jeux vidéo.

Il est bien loin le temps où un gamer était considéré comme un antisocial boutonneux qui n’intéresse …

Des infos sur Pokémon Epée et Pokémon Bouclier, dont de nouvelles révélations sur les terres sauvages et les raids Dynamax

Londres, Royaume-Uni — 11 juin 2019 — Des infos ont été révélées sur les raids Dynamax et les …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :