Home / Games / Test complet: Syndicate sur PS3, Xbox 360 et PC

Test complet: Syndicate sur PS3, Xbox 360 et PC

19 ans après le premier opus développé par Bullfrog Productions, c’est au tour de Starbreeze (Chroniques de Riddick) de reprendre Syndicate à la sauce FPS action pour nous plonger dans un univers cyberpunk purifié et impressionnant. Tout semble être propice pour faire de Syndicate un excellent jeu. Les développeurs ont-ils réussi à explorer le genre futuriste de manière adéquate?

syndicate-logo

[tab:Test]Par Jorris Sermet

L'univers cyberpunk participe vraiment bien à l'ambiance générale.

2069, New York. Le monde a changé et est gouverné par des corporations comme Eurocorp, la société pour laquelle le héro, Miles Kilo, travaille. Ces sociétés puissantes imposent leurs décisions et sont prêtes à tout pour affirmer leur domination grâce à des armes et des agents, dont fait parti Kilo La guerre entre Syndicate, ces corporations, fait rage et il va devoir protéger les intérêts d’Eurocorp en détruisant d’autres corporations. Evoluant dans un univers cyberpunk stérilisé, notre héro sera chargé d’éliminer toute concurrence, aidé par une puce implantée dans son cerveau, la DART de 6ème génération. Cette dernière lui procure un avantage certain sur le champ de bataille, lui permettant de maîtriser ses adversaires en piratant les puces de niveaux inférieurs ou de se connecter au Dataverse, une interface qui distille des informations en temps réel, comme la position des ennemis. Elle permet également de pirater des terminaux que l’on retrouve souvent dans les immenses buildings et décors aérés de la première partie du jeu, avant d’être utile à la manipulation de tuyaux ou de leviers dans les bas fonds de New York.

Une histoire de puce

La coopération est primordiale pour survivre en multijoueurs.

Malgré cela, la qualité de l’univers contraste avec celle du scénario. Tout est prévisible et il n’y a aucune difficulté à reconnaître les rôles des différents protagonistes. Les thèmes abordés sont très vite parcourus et ne donnent qu’un petit aperçu de ce qu’aurait pu être Syndicate s’il avait été doté d’un vrai scénario: transhumanisme, puces dans le cerveau, manipulations, sociétés privées armées, lutte des classes, tous ces éléments auraient pu être développés alors qu’ils sont simplement mentionnés. De plus, ce FPS respecte scrupuleusement la durée de vie, 8h environ, dictée par d’autres grands classiques du genre, pas une minute de plus. Les 20 chapitres s’enchainent très rapidement et on a simplement l’impression de suivre Kilo sans vraiment participer à l’histoire. Dommage. Néanmoins, la mise en scène est bonne et les graphismes léchés et convaincants participent à une ambiance cyberpunk réussie. Ce d’autant que la bande son est excellente, proposant des thèmes électroniques brutaux lors de certains affrontements.

Mais il ne suffit pas d’une bonne réalisation et d’une bande son excellente pour faire de Syndicate un bon jeu. Le gameplay reste très basique. On se déplace, on tire, on saute, on se cache, on tire. Quelques séquences viennent varier cet aspect du jeu en proposant de dégommer au mini-gun des ennemis tout en restant en équilibre sur un train lancé à pleine vitesse. Mais globalement, le level design ne renversera pas les habitudes, et les couloirs à la pelle s’enchaîneront assez rapidement. Toutefois, pour amener un peu de diversité à ces couloirs, Kilo a la possibilité d’utiliser sa puce DART 6 pour éliminer ses ennemis de trois manières différentes: Contre-feu, Suicide et Persuasion. Mais de nouveau, bien que l’idée de base soit intéressante, elle n’est pas creusée, et on reste un peu dubitatif face à cette utilisation de la puce. Le piratage de systèmes sur des mini-tourelles ou des drones de combats et la possibilité d’agir sur l’environnement en élevant des piliers pour se protéger permettent à Kilo d’aborder les situations sous plusieurs aspects. La barre des techniques et celle de la puce DART 6 se rechargent en éliminant des ennemis ou en ayant un bon timing lors des utilisations. Il vaut mieux utiliser ces techniques à bon escient au lieu de foncer tête baissée, ce qui n’apporterait rien, à moins d’être un as des FPS et d’avoir déjà terminé le jeu. Les boss, quant à eux, contrastent avec la difficulté du jeu puisqu’ils sont très violents, mobiles et difficiles. Il serait peu judicieux de dire que c’est une mauvaise chose, vu la facilité de certains jeux, mais l’équilibre ici n’est pas atteint.

Dart Vision

La vision DART permet de repérer ses ennemis facilement.

Armé jusqu’aux dents, Kilo n’aura aucun problème à se défaire des hordes d’ennemis venues à sa rencontre. Fusils d’assaut, sniper, lance-flamme, pistolet, fusil gauss, grenade, tout est bon pour une bonne partie de franche rigolade. Avec cette fameuse vision DART permettant de repérer les ennemis à travers les décors et de ralentir légèrement le temps, les phases de fusillade deviennent vite nerveuses, puisqu’il faut pouvoir pirater des éléments tout en tirant sur les ennemis (ou pirater les ennemis). Cette vision rend certains passages ardus plus aisés, ce qui n’est pas de trop puisque l’IA est très agressive. Pas forcément malin mais très nombreux et arrivant par vagues successives, les ennemis tenteront de passer  par les côtés et de barrer les passages. Il vaut mieux tous les éliminer avant de continuer

Premier arrivé, premier servi

Tout porte à croire que cet individu est mal barré.

Syndicate propose également l’achat de compétence (plus de dégâts, de vie, durée de la DART augmentée, plus de précision etc.). Pour ce faire, il faut retirer la puce électronique des boss et entrer dans le menu pour choisir son amélioration parmi une vingtaine de possibilités. Mais de nouveau, l’idée est bonne mais pas assez creusée, puisque ces compétences ne changent pas grand chose au gameplay. Pour tenter d’avoir une expérience différente, il faut se rendre dans le mode coop. Regroupé en 9 missions pour 4 joueurs, vous aurez la possibilité de revenir dans cet univers cyberpunk. Malheureusement, ce mode a un énorme défaut: les boss de fin n’ont qu’une seule puce pour 4. Se ruer dessus ou être gentleman, chacun fera selon l’humeur du moment.  Il aurait été préférable de répartir correctement les récompenses entre les quatre joueurs puisqu’il y a la possibilité d’endosser un mini-rôle (comme de pouvoir réanimer rapidement son compagnon), mais qui n’a aucune importance dans le gameplay puisque tout le monde est capable de le faire.. Le coop rajoute un peu de temps à la durée de vie mais pas de manière significative.

En résumé

note-3-multiSyndicate est donc un FPS qui aurait pu être premier de classe mais qui, par quelques défauts techniques et des idées pas assez creusées, termine deuxième. La réalisation et la bande son excellente ajoutent une plus-value au scénario faiblard et peu engagé. Si vous êtes fan de cyberpunk, que vous avez la capacité de faire plusieurs choses en même temps, alors Syndicate est tout indiqué pour vu que vous passiez rapidement sur les défauts mentionnés et que seule l’action vous intéresse. On espère que le studio tâchera, pour une éventuelle suite, de gommer ces problèmes pour nous offrir une expérience bien plus prenante.

Jorris Sermet

+ L’ambiance cyberpunk, l’excellente bande son, l’interface DART
Le scénario basique et bourré de clichés, le déséquilibre de difficulté entre les ennemis et les boss, la linéarité du level design, le coopératif restreint
[tab:Fiche]
Type: FPS [xrrgroup][xrr rating=4/5 label=”Graphismes:”][xrr rating=4/5 label=”Bande Son:”][xrr rating=3/5 label=”gameplay:”][xrr rating=2.5/5 label=”scénario:”][xrr rating=3/5 label=”Durée de vie:”][/xrrgroup]
Editeur: Electronic Arts
Age/PEGI: 18+
Sortie: 21.02.2012
Multijoueurs: 4 joueurs
Plates-formes: PS3/Xbox 360/PC
Testé sur: PS3
[tab:Images] [nggallery id=192] [tab:Vidéo] [tab:END]

A propos Mathieu Lanz

Voir aussi...

Gaming, les sorties de la semaine

Cette semaine, les Avengers, leurs amis et quelques ennemis débarquent sur la Nintendo Switch avec …

The Bard’s Tale IV: Director’s Cut annonce ses dates de sortie

Le jeu The Bard’s Tale IV: Director’s Cut de inXile Entertainment sera disponible en version digitale le 27 aout …

L’épisode 1 de Tom Clancy’s the Division 2 “autour de D.C. : Expéditions” disponible gratuitement le 23 juillet

Ubisoft dévoile de nouveaux détails concernant l’Épisode 1, la dernière mise à jour majeure de …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :