Home / Techno / Baladeur Audio / Test: Casque Philips Fidelio M1

Test: Casque Philips Fidelio M1

Philips dispose d’un savoir faire indéniable au niveau des produits audio, avec un catalogue très large, avant tout destiné au grand public. Lorsque le constructeur décide en plus de choyer les audiophiles dans le domaine des casques audio ultra-nomades, cela donne le M1…

Il faut l’entendre pour le croire!

philipsfidelio-m1_00Le Fidelio M1 se présente comme un supra-auriculaire d’aspect sobre et plutôt classe. Point de tape à l’oeil ici, ce n’est pas le produit qui vous fera appartenir à la classe bling-bling, avec plus de références sur le DJ qui a vendu son âme à une marque qu’à la réelle qualité acoustique du produit. Mais il est néanmoins doté d’une qualité de finition exemplaire, avec son arceau en aluminium et plastique, recouvert avec soin de cuir sombre surpiqué. Le noir est de mise également pour les coques, mousses et caches extérieurs, tandis que seuls les fixations des coques et les éléments ajustables de l’arceau se démarquent un peu, de par leur traitement en alu anodisé. Le câble mini-jack, courant sur quelques centimètres, est livré avec une rallonge et tous deux sont gainés de tissu tressé, assurant une bonne résistance malgré un faible diamètre, tout en évitant les arrachages que l’on peut rencontrer avec les câbles en une pièce. La rallonge inclut une petite télécommande, plus spécialement dédiée aux produits Apple, et se limitant malheuresement à la lecture/mise en pause sur un smartphone d’une autre marque.

Bien que l’ensemble dégage un impression de rigueur qui laisserait presque à présager d’une certaine rigidité, il n’en est rien. Les deux coques pivotent sur elles-mêmes, permettant ainsi de ranger facilement le casque dans la housse en tissu au touché velouté, et le M1 prend naturellement sa place, avec une tenue sur la tête excellente. Les oreillettes en mousse perforée à mémoire de forme assurent deux éléments essentiels pour ce genre de casque : un confort au top et une isolation très efficace, grâce à une répartition uniforme de la force de l’arceau sur toute la surface des oreillettes.

Hear my train comin…

Le Fidelio M1, s’il n’impressionnera guère dans la rue autour de vous, procure par contre une qualité d’écoute encore inégalée pour un casque nomade. Il peut carrément tenir tête à certains modèles hifi, et, d’expérience, nous n’avions jusqu’ici que rarement testé un casque au rendu sonore aussi équilibré et neutre. Pas de mise en avant des basses, comme chez certains constructeurs trendy. Non, ici, rien ne dépasse, tout est parfaitement équilibré, propre. Le placement des instruments, leur netteté, tout y est si impeccablement rendu qu’on se prend à redécouvrir certains morceaux avec une clarté inouie. On arrive à peine à le prendre en défaut en poussant les basses au delà du raisonnable, qui deviennent pour l’occasion trop étouffées. Mais il faut vraiment le vouloir, et, au passage, délibérement choisir d’altérer le morceau à l’écoute.

Un casque résolument novateur

m1_00-a1p-global-001_lowresAvec le Fidelio M1, Philips rend une copie quasimment parfaite, et étonne vraiment. A l’écoute, ce casque nomade est à milles lieues de ceux que l’on pouvait porter et écouter il y a seulement quelques années. Presque autant surprenant, bien que Philips avait annoncé la couleur en affirmant vouloir mettre la compresse sur ses produits pour audiophiles, le Fidelio M1 peut carrément se comparer à la gamme high-end de la marque référence des audiophiles qu’est Focal. C’est peu dire. Si on y ajoute à cela le fait qu’il est possible de le trouver sur la toile à un peu moins de CHF 190.-, ce M1 pourrait bien s’avérer être le must des ultra-nomades dans la balance qualité/prix. Si vous en avez l’occasion, écoutez-le, juste pour voir…

Eric Rivera

[nggallery id=405]

A propos Claude Talaber

Claude Talaber
Né entre l'année 1973 et 1975, ma douce enfance fut bercée par l'arrivée des premières consoles de salon. Grand fan du VidéoPac au début des années 80, c'est un MSX qui l'a très vite supplanté puis l'Amiga 500 et les longues parties de Kick Off firent définitivement de moi un joueur dévoué et passionné. Mais au-delà du monde vidéoludique, le 7ème Art fut et est encore ma grande passion. Films muets, en Noir et Blanc trouveront toujours bonne place chez moi. Bien sûr, les nouvelles technologies ne cessent de titiller mon esprit mais que le temps passe vite ! Difficile de jongler avec toutes les passions, d'autant plus que la musique, ma famille et mes amis prennent également une place prépondérante dans ma vie.

Voir aussi...

Huawei : rendre le sourire audible

Avec la campagne « True Stories » et en s’appuyant sur six projets différents, Huawei …

Sony enrichit sa gamme d’objectifs plein format avec son nouveau FE 35mm F1.8 “poids plume”

Sony vient d’annoncer aujourd’hui sa nouvelle focale fixe plein format “poids plume”, le FE 35mm …

Samsung lance le nouveau smartphone outdoor robuste XCover 4s

Le nouveau Galaxy XCover 4s sera dans le commerce en Suisse à partir du 12 …

2 commentaires

  1. Bel article et bon test, merci. Cependant, même si je connais ce casque que de réputation, c’est beaucoup dire qu’il écrase la concurrence et que d’autres marques sont à milles lieux du M1 ou de son grand frère le L1 d. Le hd-25 de chez Sennheiser est présent depuis longtemps chez les casques nomades. Il excellait et excelle toujours dans le domaine.
    Mais effectivement, je suis un peu perdu car je souhaite m’en acheter un neuf, mais lequel…M1,L1,FS1, TMA-1. Quel calvaire entre ces différents casques, tous aux alentours de 200 CHF

  2. Beaucoup de produits sont effectivement dans cette fourchette de prix. Ce que je voulais dire, c’est que par rapport à ce qui se faisait dans ces prix là, l’évolution est énorme, surtout de la part de Philips. Maintenant, le choix d’un casque est tellement personnel, qu’il faudrait pouvoir les écouter et le comparer au moment de l’achat, pour ne pas dire y passer une demi-journée… Celui-ci, selon moi, est d’une uniformité de son et d’un rendu instrumental au niveau de leur placement qui m’ont impressionné. Le problème, c’est que ceux qui veulent une prédominance de basses, par exemple, vont le trouver un peu plat. Par contre, celui qui recherche l’exactitude du rendu original sera comblé. Mais je n’ai pu y mettre que mes oreilles 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :