Home / Games / Test : Assassin’s Creed III : Liberation (PS Vita)

Test : Assassin’s Creed III : Liberation (PS Vita)

note-4-vitaDédié jusqu’ici au consoles de salon, Assassin’s Creed débarque également sur Playstation Vita. Histoire inédite prenant part dans le nouveau monde, nouveau personnage féminin, le tout tenant dans le creux de la main, Assassin’s Creed III : Liberation relève le défi de très intéressante manière…

[tab:Test]

Aveline : Assassin, Dame et esclave à la Nouvelle-Orléans

Le studio bulgare Ubisoft Sofia nous livre le premier véritable épisode de la série sur une console portable, à contrario des précédentes itérations sur PSP et DS, qui se présentaient comme des versions très simplifiées des titres principaux dédiés aux consoles de salon, donnant plus l’impression d’une exploitation de licence qu’à une véritable expérience de jeu portable. Sans doute que la puissance de la Vita n’est pas anodine à cette évolution bienvenue, qui tient largement ses promesses…

Méfiez-vous des apparences….

Nous ne retrouverons pas ici les personnages connus, comme Desmond, mais Liberation donne tout de suite le ton, puisqu’au lancement du jeu, le fameux Animus est présenté comme “un produit de divertissement permettant d’incarner des assassins d’une autre époque”. C’est Aveline GrandPré, fille issue de l’union d’un riche marchand et d’une esclave que le joueur incarne dans cet opus. Une rapide introduction nous plongera dans son enfance, directement suivie par un réveil brutal de ce qui n’était qu’un cauchemar récurrent, pour découvrir une jeune femme déjà assassin de son état, visiblement troublée par la disparition de sa mère dans son enfance. D’ailleurs, une partie de sa quête sera la reconstitution de ce perturbant passé. Il convient également de replacer le contexte historique du jeu, qui prend place en plein 18ème siècle, alors que la France vient de céder un partie de la Louisiane aux espagnols, éléments particulièrement perturbant pour les colons gaulois en place, tandis que de nombreux esclaves disparaissent mystérieusement dans la région. De quoi lancer les investigations d’Aveline, qui pourra tant prendre des allures d’esclave, de Dame, et bien sûr, d’assassin. Ces différentes tenues, échangeables dans divers points de la ville après avoir acquis des vestiaires permettant de jouer les caméléons, procurent également des capacités différentes à l’héroïne, qui reste néanmoins toujours apte à l’assassinat. Ainsi, si vêtue en assassin, elle pourra escalader les toits et commettre divers actes chers à la licence, à la façon d’Altaïr et de ses confrères, les autres tenues ont également leurs avantages. Affublée de sa robe de Dame, elle pourra tant charmer les gardes et autres gallants que les corrompre en leur graissant la patte, tandis que la tenue d’esclave lui permettra de passer quasiment incognito, en simulant l’accomplissement de basses besognes tout en gardant une bonne part de son agilité. Le système de notoriété est également présent, mais varie selon la tenue portée par Aveline, et faire varier sa notoriété pour passer à nouveau inaperçu dépendra de son apparence. Si vêtue en dame, il faudra éliminer les témoins pour y arriver, c’est en soudoyant les notables que l’on arrivera au même résultat sous les traits de l’assassine. Une variété intéressante, bien que limitée, étoffant agréablement le jeu, tandis que si selon les phases de jeu, il sera possible de choisir son apparence, pour d’autres passages elle sera imposée.

En terrain presque connu

Ca ne vous rappelle rien?

Pour ce qui est des combats, la prise en main est quasiment identique à celle des versions sur consoles de salon, et on s’y sent immédiatement à l’aise. Les attaques et contres fonctionnent bien, même si l’animation n’est pas toujours fluide, tandis que quelque nouveautés au niveau des armes, comme une sarbacane ou un fouet viennent étoffer l’arsenal et qu’il est possible de récupérer certaines armes des adversaires. Aveline peut grimper sur quasiment tous les éléments du décor, dispose d’une vision d’aigle identique aux autres épisodes, et pourra se cacher dans des chariots à foin, ou même plonger dedans, si elle est poursuivie, ou encore fouiller les poches des passants directement dans les rues de la Nouvelle-Orléans. Bref, de quoi combler les attentes des fans. Pour ce qui en est de la liberté d’action, bien présente, il faut néanmoins tempérer les choses, puisqu’elle varie grandement suivant les passages, bien que les environnements ouverts, comme la ville de la Nouvelle-Orléans, le bayou ou encore lors d’un passage au Mexique, sont agréablement variés. Pour ce qui en est des graphismes, les filtres appliqués, sorte de flou artistique, semblent malheureusement plus aptes à dissimuler certaines textures douteuses plutôt qu’à renforcer l’ambiance générale. Mais dans l’ensemble, cela reste plus que correct. Le scénario tient dans son ensemble la route, et donne réellement l’envie de découvrir la suite, dans ce titre qui distille une bonne vingtaine d’heures de divertissement, découpé en 8 séquences ADN, comme il se doit dans un Assassin’s Creed. De plus, certaines quêtes secondaires, comme la récolte d’objets, ou encore la possibilité de faire du commerce via un mini-jeu apportent un petit plus sympathique.

Un vrai Assassin’s Creed sur Vita

Finalement, ce Liberation tient ses promesses, offrant pour la première fois un jeu Assassin’s Creed complet sur une console portable. Les fans de la série se sentiront très vite à l’aise, tandis que les nouveaux arrivants dans la licence y trouveront sans doute une excellente entrée en la matière…

Eric Rivera

+ Un vrai Assassin’s Creed sur portable, durée de vie, scénario, environnements, liberté d’action…
Passages un peu répétitifs, textures par toujours belles, animation lors des combats, certaines phases imposées
[nggallery id=445] [tab:Fiche/Notation]
Type: Action,Aventure,Infiltration [xrrgroup][xrr rating=3.5/5 label=”Graphismes:”][xrr rating=3/5 label=”Bande Son:”][xrr rating=4/5 label=”Jouabilité:”] [xrr rating=3/5 label=”Difficulté:”] [/xrrgroup]
Editeur: Ubisoft
Age/PEGI: 18
Sortie: Disponible
Multi-joueurs: Via jeu de gestion
Plate-forme: VITA
Testé sur: VITA
[tab:END]

A propos Eric Rivera

Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

Xbox Game Pass : les arrivées du mois de novembre

Carto (Console & PC) ID@Xbox – 27 octobre Séparée de sa grand-mère lors d’une tempête, …

Destruction AllStars : décale sa sortie

A quelques jours de la sortie de la PlayStation 5, Sony perd l’un de ces …

Xbox series X/S: Microsoft présente en vidéo l’interface utilisateur

Le 10 novembre marquera le début de la nouvelle génération de console, et c’est Microsoft …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :