Home / Android / HearthStone : Heroes of Warcraft – Impressions

HearthStone : Heroes of Warcraft – Impressions

Blizzard propose en accès restreint depuis quelques mois un nouveau “petit” jeu de cartes à collectionner, basé sur les personnages de WoW. HearthStone : Heroes of Warcraft, repose sur un modèle free-to-play, tandis qu’il se veut accessible au plus grand nombre. Pas de révolution en vue dans l’univers des Magic, mais une mécanique de jeu déjà bien rodée et ce petit truc en plus, qui le rend très vite addictif, sont bel et bien au rendez-vous…

hearthstonebeta

Le Blizzard souffle encore…

Partant du fait que je ne suis pas. à l’origine, un fan de Wow, sans doute parce qu’en réalité le titre est tellement prenant qu’il ne laisse plus trop de temps pour s’adonner aux autres jeux, j’étais tout de même curieux de tâter HearthStone : Heroes of Warcraft. La promesse d’un titre de plus petite envergure, axé sur le genre des jeux de cartes à la Magic, permettant des affrontements à deux online et ne durant pas plus de 15 minutes augurait du jeu popcorn, dans lequel on entre et ressort sans trop y laisser de plumes. Pourtant, avec des bases apparemment simples, Blizzard a réussi à rendre son petit dernier suffisamment addictif pour que le modèle free-to-play choisi se profile, encore une fois pour l’éditeur, comme une manne. Et nulle besoin d’attendre la fin de la beta, puisqu’il est déjà possible d’acheter des cartes. Mais n’allons pas plus vite que la musique…

Une partie débute par le choix d’un des 9 héros disponibles, issus tout droit des classes originales de Wow : mage, guerrier, druide, chasseur, paladin, prêtre, voleur, chaman et démoniste. HearthStone offre une mise en route simple, les premiers contacts avec le système de jeu pouvant se passer contre l’IA, puis, lorsque les principes sont compris, dans des matchs non classés, pour finalement permettre de s’essayer au matchs classés online. Et c’est là que le piège se referme!

Hearthstone 2014-01-19 17-44-53-04

Le système procède à un choix de l’adversaire axé sur son skill, qui correspond plus ou moins au votre. Ce n’est pas la force du deck de cartes qui incline ce choix, ce qui n’est pas plus mal. Tout débute par une sorte de tirage au sort, pour déterminer qui commence. Celui qui joue en second dispose d’une carte supplémentaire, histoire de compenser l’avantage. Il est en outre possible de changer une ou plusieurs cartes de la main initiale, ce qui s’avère également bien pratique, afin de tenter d’éviter, si possible, de se retrouver avec une donne composée uniquement de grosses cartes, impossibles à jouer avant les derniers tours. C’est que ces cartes sont liées à des points de mana. Ces points correspondent plus ou moins au tour joué, par incrément de 1, à moins de disposer de la pièce, offrant un bonus de mana supplémentaire sur un seul tour. Du coup, si le côté aléatoire de la distribution du mana, comme on peut la retrouver dans d’autres jeux du genre, manque à l’appel, cela donne au titre une facilité d’accès appréciable. Pour le reste, les cartes sont dotées de points d’attaque et de défense, de cris de guerre, ou d’incidence sur le autres cartes jouées (ajout de points de force, de défense pour des alliés, sorts, etc).

Hearthstone 2014-01-19 17-38-57-17

Normalement, les cartes jouées sont activées au tour suivant. Mais certaines sont particulières, comme celles permettant une attaque dans le même tour. Ces cartes représentent les serviteurs de nos héros. Ce sont elles qui porteront les attaques principales contre le héros adverse. Il existe également des cartes dites de provocation , symbolisées par un bouclier. Ces dernières empêchent les attaques directes contre son héros, qui reste néanmoins atteignable par la magie directe de son adversaire,  dont les dégâts sont néanmoins minimes, tout en coûtant également du mana. Des cartes de sorts sont bien présentes. Comme celle gelant vos adversaires, les transformant en mouton, ou encore envoyant une salve de feu dévastatrice. Bref, tous les éléments sont réunis pour que même les novices en la matière puissent s’y adonner…

Jusqu’à un certain niveau, ça peut aller…

Avec de courtes parties, durant entre 10 et 20 minutes, dont l’aspect tactique est relevé sans être rebutant, HearthStone a tôt fait de nous engloutir, et la défaite est difficilement acceptable. Du coup, forcément, le modèle free-to-play promet déjà de cartonner. Avec le deck de base, on peut aller se frotter sans trop de problème aux adversaires en parties classées un peu au-delà du niveau 20 (on débute niveau 25, et il faut gagner toujours plus de matchs pour grimper d’un niveau. En-dessous du niveau 20, il n’est pas possible de rétrograder. Par contre, par la suite…). A côté de ces cartes de base, il existe des packs dits experts, composés de 5 cartes et qui coûtent 100 crédits. Crédits que l’on reçoit en cas de victoire, ou, si on veut accélérer la chose, en bourse déliant. Sur ces 5 cartes, une au moins est soit rare, légendaire ou épique. Malheureusement, il n’est pas possible d’échanger ces cartes online, ce qui est un peu dommage. Cependant, il est possible de désenchanter ces cartes expertes pour en récupérer de la poussière arcanique, permettant d’en créer d’autres. Mais il faudra en sacrifier bon nombre pour en créer une spéciale, tandis que le deck reste limité à 30 cartes, avec au maximum 2 cartes identiques. Enfin, pour parfaire le tout, il est possible de jouer certaines cartes secrètes, face cachée. Celles-ci sont généralement des sorts fonctionnant sous certaines conditions, que l’adversaire ne découvre qu’au tour suivant. C’est parfois vicieux quand on les subit, mais quasi jouissif à utiliser (voir son adversaire monter un serviteur en puissance et pouvoir en obtenir l’exacte réplique, par exemple…).

HearthStone : Heroes of Warcraft, toujours en beta (et dont l’éditeur ne distribue plus de clé, mais active le jeu sur les comptes Battlenet PC et Mac…), promet, avec moins de moyens, d’être presque autant chronophage que Wow. Vous voilà avertis. A vos risques et périls! D’ailleurs, je vous laisse, j’ai un truc sur le feu…

Impressions tirées de la version beta PC, jouée sur un Asus G30 jusqu’au niveau 18…

Les versions iPad et Android sont également en développement, il faut simplement espérer que les connexions entre plateformes soient possibles avec le même compte. Pour l’instant, aucune date de sortie n’a été annoncée, sur quel support que ce soit.

[nggallery id=814]

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis et venez en débattre sur le Forum.

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

SAMURAI SHODOWN sortira sur Nintendo Switch au premier trimestre 2020

SNK CORPORATION est fier d’annoncer que SAMURAI SHODOWN, le jeu acclamé par la critique sur Xbox One et …

Persona 5 Royal apprend la langue de Molière

ATLUS, le développeur derrière la série primée des Persona ouvre ses portes à de nouveaux joueurs avec de toutes nouvelles options …

La-Mulana 1 & 2 sortira le 20 mars 2020

NIS America est heureux d’annoncer que LA-MULANA 1 & 2sortirasur PlayStation®4, Nintendo Switch™ et Xbox One le 20 …

%d blogueurs aiment cette page :