Home / Games / The Last of Us : Left Behind – DLC – Test flash

The Last of Us : Left Behind – DLC – Test flash

Pas vraiment fans de DLC, alors que l’on assiste à une pratique toujours plus vicieuse de la part d’éditeurs, qui finissent par quasiment tous nous livrer des jeux non terminés, en kit, pour lesquels il faut passer encore et toujours à la caisse pour se retrouver avec un titre entier par l’ajout de contenu, il est encore de rares fois où ils peuvent se justifier. C’est le cas pour Left Behind, un contenu additionnel dédié au dernier gros titre de la PS3, The Last of Us. Du moins, pour ceux qui ont terminé le jeu, qui était déjà bien étoffé…

Court, pas donné, mais bien réalisé…

Non, nous n’allons pas faire l’article, une fois de plus, de l’excellent The Last of Us. Tout a déjà été dit, et le succès du titre de Naughty Dog est plus que mérité. D’ailleurs, j’ai comme l’impression que pour avoir un titre de cette trempe sur la PS4, il va falloir patienter un sacré bout de temps…

Qu’on se le dise d’entrée, si vous n’avez pas eu le courage d’aller jusqu’à la fin du jeu principal, inutile de vous délester de 19,75 francs pour une expérience de jeu supplémentaire limitée à 3 petites heures, qui n’aura aucun sens puisque tournant autour d’un fil narratif qui n’a de raison d’être que si on a saisi l’intégralité de l’histoire principale de TLoU. Disons, pour faire simple et ne pas spoiler l’essence de ce DLC que le travail d’écriture de Naughty Dog est suffisamment maitrisé pour combler des passages elliptiques de l’histoire principale, qui étaient flous, mais considérés comme admis dans la trame initiale. En fait, c’est là l’essentiel du travail réalisé sur ce Left Behind. On y retrouve bien la patte graphique, les cinématiques et la musique renforçant l’ambiance si particulière du jeu, mais aussi ses défauts.

Joël n’est pas “opérationnel” dans cette partie (non, on ne vous dira pas pourquoi…), et c’est Ellie que l’on contrôle. Autant dire que les ennemis, tant rongés par la spore, que ceux faisant partie de la milice armée deviennent du coup plus difficiles à négocier. Du moins, de prime abord, et il faudra passer par la case “I’m dead” plusieurs fois pour comprendre qu’il faut se la jouer fine, voir même profiter de l’IA, toujours autant aux fraises bien souvent, pour s’en sortir indemne. Et justement, alors que ces manquements de l’IA étaient déjà remarquables en avançant en tandem dans TLoU, en avancement solo, les défauts deviennent vraiment flagrants. Voilà pour ce qui régresse, du moins visiblement, du côté technique. Pour le reste, rien ne change de ce côté. Au niveau du gameplay, là non plus, si ce n’est que Ellie ne disposera pas de grand-chose de plus que d’un arc ou d’un flingue, et que les munitions sont souvent moins nombreuses que les ennemis. Si le côté survival était déjà central en jouant Joël, dans Left Behind, il s’en trouve encore renforcé. D’ailleurs, heureusement, puisque bien que l’histoire en elle-même vaille le détour par les éléments qu’elle nous livre, nous apportant un autre regard sur TLoU dont on pensait tout savoir, il ne faudra globalement pas plus de 3 heures pour boucler ce dessert pour amateurs de dramaturgie.

Si à la fin de The Last of Us, vous vous êtes dit: “Ah zut, c’est déjà terminé”, alors ce DLC est pour vous, et vous lui pardonnerez les petits soucis d’IA, qui finalement, sont directement hérités du titre principal. Par contre, si vous n’avez pas terminé le titre principal, passez votre chemin, il y a d’autres manières de dépenser 20 balles pour s’amuser bien plus de 3 heures…

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis et venez en débattre sur le Forum.

Review Overview

Intérêt

Extra time!

Intéressant pour ne pas dire indispensable pour ceux qui ont terminé The Last of Us et qui souhaitent prolonger le fun, Left Behind n'est à recommander que dans ce cas. Pour ceux qui n'ont pas terminé le titre principal, il n'a pas d'intérêt. Nous ne notons que l'intérêt global du DLC, les autres notes sont similaires au titre principal.

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

Gaming, les sorties de la semaine

Et on rempile pour une nouvelle semaine de sorties de jeux vidéo en ce bel …

Concours : gagnez le jeu « Paper Mario: The Origami King » sur Nintendo Switch !

Dans Paper Mario: The Origami King, vous accompagnez Mario et sa nouvelle compagne Olivia dans …

Golems hors du commun, la prochaine collaboration entre Dragon Quest X et Final Fantasy XIV Online

Le monde merveilleux de DRAGON QUEST® X revient en Éorzea aujourd’hui avec le début de l’événement collaboratif, …

%d blogueurs aiment cette page :