Home / Techno / Tablettes / Test – Microsoft Surface 3

Test – Microsoft Surface 3

Depuis peu, la Surface 3, un modèle « light » de la Surface Pro 3, a été commercialisée par Microsoft. Plus petite, moins puissante, elle permet néanmoins d’installer tous les logiciels Windows, contrairement au modèle précédent, qui fonctionnait avec une version dédiée aux processeurs ARM, qui équipent notamment grand nombre de smartphones. Un modèle de tablette convertible destiné au grand public, polyvalent et plutôt bien équipé, doté d’un potentiel de séduction certain…

Surface 3

  • Test
  • Fiche

De l’Intel Atom et un « vrai » Windows

Microsoft poursuit donc son aventure Surface. Exit la version RT, le constructeur propose avec cette Surface 3 une déclinaison allégée de la version 3 Pro. L’écran est plus petit que celui de sa grande sœur, passant de 12 à 10,8 pouces avec un ratio 3 :2, l’ensemble perd quelques grammes (de 800 à 622 gr) tandis que le processeur est remplacé par un Atom X7 moins puissant, accompagné de moins de mémoire vive (2 ou 4 Go). Ce qui laisse à l’utilisateur un confort suffisant pour faire de la bureautique, aller sur le web ou visionner des vidéos en HD, mais qui s’avère un peu limite pour faire du jeu en 3D gourmand ou encore de la retouche photo lourde.

À l’utilisation, la Surface 3 est plutôt efficace. Elle intègre un port USB plein format, permettant d’y brancher pléthore de matériel, à la façon d’un « vrai » PC, contrairement à un iPad. On retrouve également un port micro-SD, un mini DisplayPort pour l’affichage externe, et une prise casque-micro. Bon point également, la fiche de recharge au format propriétaire est remplacée par une fiche micro-USB, et la Surface 3 se laisse recharger via la plupart des chargeurs de smartphones à cette norme. Un chargeur en moins à trimballer, c’est toujours ça de pris. Plus discutable, Microsoft, qui proposait une inclinaison réglable sans limites du pied rabattable intégré au dos de sa Surface, revient à un système limité d’inclinaison, variable sur seulement 3 niveaux. C’est un peu dommage, mais pour le reste, globalement, la finition de la Surface 3 est impeccable, tandis que le refroidissement du processeur se passant visiblement de ventilation, la tablette transformable au châssis en magnésium est restée totalement silencieuse durant notre test, sans trop de chauffe.

L’écran brillant de type IPS offre une résolution de 1920 x 1080 px, avec une très bonne luminosité et un contraste plus que satisfaisant. Deux bons points qui aident passablement à lui conférer une lisibilité acceptable même par forte luminosité ambiante. Pour le reste, la calibration est excellente, et l’écran de la Surface 3 se place dans le haut du panier, à résolution et diagonale comparable.

Ne lui demandez pas la lune

Réactive au démarrage et en usage bureautique, voir de la retouche photo légère, la Surface 3 se débrouille très bien avec Windows 8.1 (qui pourra être upgradé à Windows 10 gratuitement dès sa disponibilité). Par contre, le processeur Atom X7, moins puissant que les derniers Core M équipant les laptops récents, et la partie HD Graphics pour l’affichage 3D, montrent rapidement leurs limites. Inutile de vouloir s’adonner à de l’encodage vidéo, la tablette transformable n’est pas taillée pour cela. Ni pour les jeux, mis à part ceux disponibles sur le Windows Store, bien que potentiellement capable d’exécuter tous les titres compatibles avec Windows 8.1. Niveau rendu audio, s’il s’avère bon au casque, là non plus, pas de miracle avec les haut-parleurs intégrés, cela sature rapidement.

microsoft-surface-3

Transformer et évoluer, à coup d’options chères…

Si le tarif d’entrée, pour la Surface 3, s’avère somme toute convenable, la promesse d’en faire un petit PC passe par une douloureuse qui plombe l’exercice. Le clavier, agréable comme système de saisie d’appoint et convenable pour une utilisation modérée, est tout de même facturé plus de 150 francs. Même s’il est rétroéclairé, ce n’est pas donné. Et pour profiter d’un autre argument de la Surface 3, le stylet, il faut encore rajouter plus de 50 francs. Alors certes, la saisie manuscrite, la retranscription et l’annotation de documents sont efficaces. Mais le clavier reste, encore, le moyen de saisie le plus efficace dans la plupart des cas, bien que le stylet de la Surface n’ait plus grand-chose à envier aux tablettes/stylets de moyen de gamme chez Wacom, par exemple. Et, à sa décharge, l’affichage de One Note est quasi instantané par son biais, même si la tablette est en veille, permettant de prendre des notes au vol, comme sur un vrai bloc note.

C’est mieux…

Indéniablement plus ouverte que la version RT, puisque la Surface 3 est équipée de Windows 8.1 comme un ordinateur traditionnel, la petite dernière de Microsoft est une bonne évolution de l’entrée de gamme Surface. Ceux qui hésitent entre tablette en laptop pourront y voir une alternative de choix, à condition d’en avoir un usage productif moyen, la consultation restant malgré tout le principal créneau de la Surface 3, qui, sans accessoire, n’est finalement qu’une tablette. Pour ce qu’il en est de l’autonomie, on pourra compter sur elle une journée en utilisation bureautique et web, en considérant que les 6 heures de lecture de vidéo en HD sont avalées sans broncher avec une seule charge. Enfin, histoire de compenser un peu le prix élevé des accessoires, qui portent le coût global au-delà du prix d’ordinateurs portables plus puissants, Office 365 est « offert » pour un an. Suite de quoi, il faudra reprendre une licence, facturée plus de 70 francs par an pour continuer à utiliser Word, Excel, Powerpoint, Outlook, One Note, Publisher et Access.

Prix indicatif : 64 Go / 2Go RAM CHF 579.00 , 128 Go / 4Go RAM : CHF 699.00

Clavier Type Cover : CHF 149.95

Stylet Surface Pen : CHF 49.95

Station d’accueil : 229.95

Microsoft Surface 3

Taille

10,52 x 7,36 x 0,34 pouces (267 x 187 x 8,7 mm)

Poids

1,37 livres (622 g)

Affichage

Affichage ClearType Full HD Plus 10,8 pouces • Résolution : 1920 x 1280 • Format d’image : 3:2 • Mode tactile : Interaction tactile 10 points • Support pour stylet Surface Pen

Autonomie de la batterie

Jusqu’à 10 heures

Stockage/RAM

64 Go de stockage avec 2 Go de RAM • 128 Go de stockage avec 4 Go de RAM

Processeur

Processeur Quad-core Intel Atom x7-Z8700 (Cache de 2 Mo, 1,6 GHz avec technologie Intel Burst jusqu’à 2,4 GHz)

Réseau

Wi-Fi (802.11 a/b/g/n/ac) • Bluetooth 4.0

Ports

USB 3.0 pleine taille • Mini DisplayPort • Lecteur de carte microSD • Port de chargement micro USB • Prise pour casque • Port pour housse-clavier

Logiciels

Windows 8.1 • Abonnement à Office 365 Personnel pendant 1 an avec stockage cloud OneDrive

Caméras, vidéo et audio

Caméra avant de 3,5 mégapixels • Caméra arrière de 8,0 mégapixels avec autofocus • Microphone • Haut-parleurs stéréo avec son Dolby

Capteurs

Capteur de lumière ambiante • Capteur de proximité • Accéléromètre • Gyroscope • Magnétomètre

Garantie

Garantie matérielle limitée de 2 ans

  • Ecran
  • Qualité de conception
  • Connectique
  • Windows 8.1 complet
  • Office 365 inclus pour 1 an

  • Haut-parleurs un peu en retrait
  • Pied inclinable sur seulement 3 positions
  • Accessoires (clavier et stylet) trop chers
  • Puissance limitée

Sur un mobile ou tablette Android? Essayez l’app S2PMag!

Review Overview

A mon avis... - 7.5

7.5

Encore un effort...

Bien finie, dotée d'un bel écran, la Surface 3 garde la même philosophie que ces devancières. Microsoft réalise ici un modèle grand public inspiré du modèle Pro. Moins puissant, il suffit à accomplir l'essentiel avec brio. Dommage cependant que le positionnement tarifaire, d'une fois le clavier et le stylet optionnel acquis, place la Surface 3 face à une concurrence de laptops beaucoup moins chers à performances égales...

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

A Hate in Time sortira le 18 octobre sur Nintendo Switch

Succès incontournable sur Kickstarter, le jeu de plateformes 3D développé par Gears for Breafast, « A Hate in Time », déjà vendu à …

La SEGA Mega Drive rajeunit de trente ans

“Genesis Does”. Une phrase simple qui faisait frémir la concurrence. Plus qu’un slogan accrocheur, c’était …

Doraemon Story of Seasons, le 11 octobre sur PC et Nintendo Switch !

Bandai Namco vient d’officialiser la date de sortie de « Doraemon Story of Seasons » en Occident. Les amateurs de la série « Harvest Moon » …

%d blogueurs aiment cette page :