Home / E3 2015 / Assassin’s Creed Syndicate : nous y avons joué

Assassin’s Creed Syndicate : nous y avons joué

Cette semaine s’est déroulé le plus grand événement sur le jeu vidéo. L’E3 et ses traditionnelles conférences des constructeurs et développeurs, mettant en avant les prochaines sorties pour le plus grand bonheur des gamers que nous sommes.

En parallèle, Ubisoft  a choisi de mettre en place l’Assassin’s Creed Syndicate Tour du 16 au 18 juin. Rendez-vous pour les fans de la licence, leur permettant de mettre la main sur le prochain épisode de la franchise, de laver l’échec dû au lancement catastrophique d’Assassin’s Creed Unity et de les rassurer. Nous avons pu tester et découvrir, manette en main, les nouveautés apportées à la licence…

Assassins-Creed-Syndicate-

Welcome to London

C’est donc à Paris entre les bouchons, la pollution, le bruit et cette fourmilière infernale, qu’Ubisoft a décidé de mettre en place cet événement.

16h20. Nous voici enfin sur place et prêt à en prendre plein les mirettes. La présentation commence par un briefing : impossible de prendre des photos ou de filmer les phases de jeu. Nous sommes ensuite conduits dans une petite salle totalement dans le noir, où une vidéo d’introduction fut projetée mettant en scène le prochain assassin Jacob, nous invitant à suivre notre credo et de l’aider à vaincre l’oppression dans un Londres en pleine révolution industrielle. Totalement en français, ce fut une petite mise en bouche bien sympathique, plaçant d’emblée les motivations que porte Ubisoft sur ce prochain épisode.

Suite à cette petite vidéo, nous avons été invités à rejoindre une grande salle d’exposition avec une trentaine de Playstation 4. La démonstration était la version Alpha du titre, celle présentée il y a quelques mois lors de l’annonce officielle du titre. Manette en main, ce fut une agréable surprise de voir que malgré son statut de version alpha, le soft proposait une solidité graphique exemplaire, portée par le moteur dit next-gen mis en place avec le précédent opus. Fluide, stable, cette démo semblait complètement à l’aise sur le monolithe noir, et les premiers doutes furent écartés. En contrepartie, ne vous attendez pas à une révolution graphique, mis à part un lifting, ou quelques effet par-ci par-là, l’épisode ne se démarque pas graphiquement d’Unity.

Assassin’s Arkham Knight?

Plongés dans un Londres parfaitement modélisé, c’est surtout l’ambiance qui nous a frappés. Le quartier disponible dans cette démonstration est vivant et grouille d’animations. La principale nouveauté de Syndicate depuis son annonce, c’est le grappin. A la manière d’un Batman Arkham, Jacob peut projeter un grappin et se hisser avec une grande facilité en haut des immeubles. Bien qu’il soit toujours possible de grimper traditionnellement, cet ajout permet des déplacements plus rapides et plus dynamiques. Ensuite, toujours dans l’idée du grappin, il sera possible de l’utiliser en tyrolienne pour se déplacer de bâtiment en bâtiment. Alors oui, cela casse un peu nos habitudes de l’assassin Yamanashi, cher à nos yeux, mais il n’en est rien puisqu’en fait Jacob garde ses facultés d’assassin. Le grappin se greffe parfaitement à l’univers et se justifie, par l’époque et la modélisation de la ville, qui contrairement à l’ancien opus Unity, qui se déroulait en France, Londres possèdent de grandes rues qui espacent certains immeubles.

Deuxième grande nouveauté, l’arsenal et le système de combat apportés. Finies les ballades avec une épée à la ceinture, une Hellblade ou une hache à deux mains dans le dos. L’époque et l’assassin des temps modernes doit se faire le plus discret possible. Jacob possédera un poing américain, l’une des armes principales du jeu, puisque vous serez souvent amenés à vous battre au corps à corps. Une arme à feu de type pistolet automatique, la fameuse canne cachant une lame secrète et servant d’étui pour une épée à l’instar d’un Sherlock Holmes, ou encore des couteaux et les fameuses fléchettes seront votre arsenal pour votre aventure dans Londres.

Le système de combat  quant à lui change également, et comme précisé plus haut, il sera souvent question de corps à corps. Maîtrisant la boxe anglaise introduite dans l’époque choisie pour Syndicate, Jacob se battra à coups de crochet, droite, uppercut, tout en gardant une certaine classe. Toujours en référence à Batman Arkham ou à l’Ombre du Mordor, vous devrez esquiver, contrer les attaques de vos ennemis au bon moment. Alors certes, certains diront que depuis des années les différents systèmes de combat des assassins se simplifient et deviennent de plus en plus accessibles, mais il faut avouer que Jacob se bat comme un petit diable, et que les enchaînements, frappe, esquive, contre, arme secondaire se font avec une fluidité appréciable. De plus les finish moves sont de retour, ces attaques pour achever vos ennemis. Sanglants et brutaux, c’est au travers de petites animations que vous pourrez exploser la mâchoire, briser les  bras ou les jambes de vos adversaires avec une grande satisfaction.

Mais pas de panique, nous jouons bien à un assassin, la furtivité sera également bien présente. D’ailleurs, les phases d’infiltration ont été modifiées également. Avec une simple pression de la touche « X », vous passerez du chapeau anglais que porte fièrement Jacob, à la capuche traditionnelle des assassins, ce qui vous permettra de vous déplacer furtivement. Une barre de détection en forme de cercle autour de votre personnage fait son apparition, permettant de connaitre votre niveau de menace face à vos ennemis. Fléchettes, sifflement pour attirer votre cible, double assassinant, assassinat furtif d’une cachette ou derrière un mur sont de la partie. De plus il sera possible d’utiliser les objets suspendus tels que des tonneaux, comme armes en les décrochant et en les faisant tomber sur les groupes d’ennemis en contrebas. Petite précision, la vue d’aigle ne possède plus de timer comme ce fut le cas dans Unity. Plus simple et plus lisible, le sens particulier des assassins a été modifié dans le bon sens.

Troisième et gros morceaux de cet épisode, les calèches, la possibilité de se déplacer en véhicule. Testée lors d’une mission, notre retour sur cette phase de jeu est plus ou moins mitigé. La maniabilité semble être au rendez-vous. C’est très dynamique mais pas non plus des plus agréables. Quelques bugs ont été perçus mais n’oublions pas que la démonstration était en phase alpha.

Assassin’s Creed Syndicate, est complet à l’instar des autres volets. La navigation et les déplacements libres dans la ville, soit à pied, sur un train, sur un bateau ou encore en calèche sont plus agréables, secondés par la mécanique mis en place par le grappin.

Il nous a été permis de discuter avec un employé d’Ubisoft, qui malgré le fait qu’il ne pouvait nous en dire plus sur le produit (saleté de NDA), nous a permis de confirmer et d’éclairer nos doutes sur la licences. Syndicate aura une carte et une aire de jeu plus grande qu’Unity. Londres sera découpée en 7 grandes zones représentant les quartiers emblématiques de la ville, avec une huitième zone exploitable, la Tamise. Le fleuve qui coupe Londres en deux sera considéré comme une zone à part entière. Sans trop nous en dire, la Tamise, référencée comme l’autoroute fluviale de l’époque, sera le lieu de missions principales et secondaires.

Il sera possible de jouer les jumeaux, une première pour la licence. D’un côté Jacob qui restera le personnage principal, et sa sœur Evie, assassin femme qu’il nous sera possible de jouer lors de certaines missions principales, mais que nous ne pourrons utiliser à tout moment en monde ouvert, où lors des activités annexes. D’ailleurs cette particularité nous permettra de découvrir deux comportements différents: Jocob Frye impétueux et toujours prêt à en découdre, et Evie Fry plus calme, plus subtile dans sa manière d’être.

Suivez le Credo

Assassin’s Creed sera une expérience totalement solo, pas de multi-joueurs ni de coop, tels qu’il fut introduit dans Unity. L’application compagnon ne fera pas partie du développement du titre. Le studio en charge du projet, Ubisoft Québec, se focalise entièrement sur la compagne solo et activités annexes pour produire une expérience riche et complète. Une sorte de retour aux sources.

Le reste de l’animation tournait autour d’une exposition sur l’histoire des assassins, d’un barbier, histoire de se faire tailler la barbe comme un vrai pirate, d’un tatoueur pour vous faire graver sur la peau le logo des Assassins, ou encore un atelier photo à fond vert, qui suite à un petit montage vous permettait d’être représenté dans une scène du jeu.

L’attente autour du prochain Assassin’s est bien présente, et les doutes sur l’arrivée et la mise en place d’un opus des temps modernes se sont envolés dès les premières minutes. Bien que tout ne soit jamais sans faille, espérons que la firme ne répète pas les erreurs passées et que la suite de la franchise continue de nous enthousiasmer.

 

Sur un mobile ou tablette Android? Essayez l’app S2PMag!

A propos cedangelus

cedangelus
Tout petit à l'école, à la place des stylos j'avais des jeux électroniques, à la place des manuels scolaire des magazines de jeux-vidéo. Ne vous étonnez pas je suis un vrai Geek. De Pong à The Last Of Us, je suis un touche à tout et j'adore partager ma passion.

Voir aussi...

Gaming, les sorties de la semaine

Préparez-vous à aller très vite cette semaine. Team Sonic Racing arrive sur toutes les plateformes…

Les invisibles en DVD & Blu-ray

Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer.

Google suspend une partie de ses activités avec Huawei

La guerre commerciale entre les USA et la Chine continue de plus belle. Reuters rapporte …

%d blogueurs aiment cette page :