Home / E3 2015 / E3 2015 – Beyond Eyes, premières impressions

E3 2015 – Beyond Eyes, premières impressions

Au-delà des annonces de l’E3, sensées entretenir le désir des joueurs pour des titres à venir à plus ou moins long terme, il faut bien avouer que le décalage entre ce qui est réellement jouable et ce qu’on nous promet est bien réel sur un salon comme celui qui vient de se terminer en Californie. Le palliatif tout trouvé chez les constructeurs passe depuis quelques années par une mise en avant des développeurs indépendants qui se rallient à leur cause. Chez Microsoft, c’était Beyond Eyes, un titre contemplatif et léger qui était mis en avant dans sa présentation ID@XBOX.

beyondeyes

Au royaume des aveugles…

Histoire intéressante que celle de Sherida Halatoe, à la tête de Beyond Eyes. Ce qui était, il y a 4 ans, son projet de fin d’études, développé en solo, manquant son crowdfunding, a eu droit à sa consacrétion cette année dans le programme ID@XBOX lors de l’E3. Sur le point d’abandonner son projet, Sherida se vit tendre une première perche par un membre du studio Team 17 (Worms), qui a cru dans le potentiel du jeu, lui permettant de mettre une petite équipe de 10 personnes au travail. Et peu après, ce fut au tour de Microsoft de s’intéresser à Beyond Eyes, pour finir de propulser le titre sur le devant de la scène indépendante liée à sa console.

Beyond Eyes est pourtant atypique, loin des canons déclamés par les « experts » des soi-disant impératifs nécessaires à la réalisation d’un jeu vidéo. C’est tant mieux, puisque ceux qui sont capables de comprendre que les chemins de traverse, justement, sont les plus aptes à révéler le jeu vidéo comme un média apte à véhiculer une foultitude d’expériences, devraient apprécier cette découverte, alors que les plus rigides lui colleront forcément l’étiquette fourre-tout, soulignant par la même occasion une certaine étroitesse d’esprit, d’objet vidéoludique non identifié.

La présentation, faite par Sherida Halatoe, nous a fait découvrir l’histoire d’une petite fille, Rae, qui après avoir perdu la vue doit d’abord reprendre confiance avec l’environnement proche de sa maison, en campagne. La créatrice du jeu, bien que nous assurant que l’on pouvait explorer librement les environnements, a mis l’accent sur le côté émotionnel du titre, en nous montrant divers niveaux du jeu en les parcourant de manière directe (forcément, elle était bien placée pour les connaître par cœur). Ainsi, Rae avance initialement de manière peu assurée, s’appuyant essentiellement sur les souvenirs de l’environnement proche de sa maison, qu’elle visualise à l’aide de repères auditifs. Ces derniers, comme le son d’une fontaine, celle du clocher ou les miaulements de son chat fugueur, qui lui donnent par la même occasion de l’assurance, se matérialisent par l’environnement visuel du jeu qui passe du blanc pour les zones inconnues à de jolis graphismes dans un style aquarelle, doux et coloré. A contrario, lorsque des éléments inconnus, comme des aboiements de chiens ou des croassements de corbeaux viennent la perturber, son attitude se corporelle et son aptitude à aller de l’avant se péjorent. Mais cela ne reste pas figé. À titre d’exemple, alors que les noirs volatiles la perturbent, au point que d’autres oiseaux lui feront le même effet, elle pourra se rassurer en en identifiant plus précisément d’autres, comme des poules, plus rassurantes pour elle et reprendre confiance face à ce genre de rencontres.

La phase de prise de confiance basée sur l’environnement connu de Rae se terminant, il était temps pour elle d’aller de l’avant dans l’exploration de ses sens intacts, entre ouïe et toucher, pour sortir de cette zone de confort, si on ose dire ainsi. La pluie élément perturbateur, rendait ainsi son avancement plus délicat, alors qu’elle s’élançait dans la ville proche, replaçant des souvenirs sur d’autres éléments, qui lui faisaient se remémorer et se matérialiser visuellement à l’écran ces nouvelles découvertes. Nous avons pu voir que 7 chapitres étaient présents dans la présentation, et on peut légitimement penser que Beyond Eyes se terminera par un happy end. Il suffisait presque de regarder la bouille de sa créatrice pour en être convaincu…

Beyond Eyes est définitivement un titre calme et contemplatif, qui joue essentiellement sur les émotions du petit être fragile qu’est Rea, face à un monde pourtant gentil qu’il n’est pas facile à appréhender dans sa situation de handicap. Un peu de douceur dans ce monde de brutes, finalement, qui arrivera cet été sur Xbox One, PC, Mac et Linux.

Sur un mobile ou tablette Android? Essayez l’app S2PMag!

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

Huawei : rendre le sourire audible

Avec la campagne « True Stories » et en s’appuyant sur six projets différents, Huawei …

Wreckfest : la seconde place ? Hors de question !

Le coureur n’a qu’un seul objectif : Gagner. Vous voulez être un champion ? Alors …

LA DATE DE SORTIE DE THE LEGEND OF HEROES: TRAILS OF COLD STEEL III EST REPOUSSÉE A OCTOBRE !

NIS America a le regret de vous informer que la sortie de The Legend of Heroes: Trails …

%d blogueurs aiment cette page :