Home / Games / Test – Tales of Zestiria

Test – Tales of Zestiria

Test tales of ZestiriaTales of Zestiria est un jeu qui est facilement sous-estimé dans tous ses aspects. Il a déjà eu le manque de chance d’arriver dans une période très chargée en jeux, dont certains attendus depuis longtemps. Il ne plaira pas non plus au plus grand nombre, même si cela n’est en aucun cas le signe d’un mauvais jeu. Il est très typé J-RPG, et laisse à priori peu de liberté en jeu, restreignant encore le nombre de personnes intéressées. Mais ce serait une erreur de passer à côté. Pourquoi il ne faut pas ignorer Tales of Zestiria: tentative d’explication.

  • Test
  • Fiche

T’as de beaux yeux, tu sais…
PaysageComme tous les Tales of, celui-ci utilise un style manga-anime qui s’apparente un peu à la ligne claire de la BD belge. Pas de surcharge visuelle extravagante, mais le graphisme est pourtant agréable à l’oeil, avec tous les détails utiles inscrits dans l’image. Je n’ai pas vu de bug visuel flagrant, même si la caméra a des problèmes à être bien placée et à vous montrer les choses importantes. Les monstres sont plutôt réussis et en accord avec les zones où ils sont – quoi que je sois juste encore bloquée sur le fait qu’ils aient crée des céphalopodes pour peupler les zones herbeuses – et les habituelles décorations-accessoires-coupes-habits rajoutent un amusant plus visuel à vos personnages. Les zones négatives sont très facilement reconnaissables à leur graphisme aux couleurs inversées, et la méchanceté ambiante est représentée sous forme de particules noires à l’écran qui sont assez troublantes au début, mais qui remplissent bien leur rôle.

Symphonie de tous les jours
Agréable et bien adaptée, la musique de style symphonique a dû être pensée avec le jeu et non ajoutée artificiellement. Si la bande-son ne sera probablement pas un de vos achats de Noël, elle reste très honorable en qualité et en quantité, et apporte son petit plus au jeu. Les effets sonores en combat sont par contre un peu trop nombreux et présents, mais puisque le volume sonore est réglable en quatre parties dont les sons, ce n’est pas un problème. Les voix sont à choix en anglais ou en japonais, à régler uniquement quand vous lancez le jeu. Le sous-titre en français permet de laisser les voix d’origine.

Combats originaux
CombatPlusieurs points font de ce jeu un titre à essayer. Le premier concerne les combats, ce que Bandai Namco appelle “Linear Motion Battle System” (LMBS). Il s’agit du système de combat qui inclut le terrain dans le combat, mais pas comme dans un T-RPG ou un jeu de stratégie. Là, si vous avez une porte dans un mur dans votre zone de combat, elle se comportera comme une porte: un seul pjs ou monstre peut passer à la fois, et vous pouvez vous abriter d’un projectile en restant en retrait. Ce qui donne un sérieux plus aux combats tout en laissant le jeu dans la catégorie des Action-RPGs. Le second est le système de fusion. Des quatre PJs à l’écran en combat, on peut passer à 3 ou même 2 selon les fusions avec les Seraphs, qui, lorsqu’elles sont bien utilisées, permettent d’éviter la mort / l’échec au combat, de taper sur les points faibles, etc. Le troisième est le système d’équipement, qui en plus des bonus normaux en RPG, combine un système de points forts-sceaux. Un équipement du début vous offrant cinq sceaux alignés sur la grille sera plus fort qu’un équipement disparate, mais plus cher obtenu par la suite.

Tales of et la difficulté réglable, une grande histoire d’amour
VisiteTales of Zestiria est de ces jeux où vous pouvez régler la difficulté, et vraiment avoir du plaisir à jouer à votre niveau. Les énigmes sont logiques, cohérentes et un peu originales – quoi que si je dois refaire les yeux du temple de l’eau, je risque d’étrangler quelqu’un – et les choix en cours de scénario plutôt sensés. Prévoyez de jouer en mode normal au minimum pour pouvoir affronter les boss en mode simple. Il est toujours possible de recommencer un combat perdu avec un passage par le menu (réglages, équipement et objets). Si vraiment le jeu est encore trop dur pour vous, vous pouvez acheter des bonus en DLC, mais je ne suis pas convaincue par ce choix cher et apportant peu.

Le Morte de Sorey
SeraphsA l’inverse des jeux auxquels j’ai joué ces derniers temps, le scénario part sur l’idée que Sorey, le personnage principal, est déjà la personne élue qui va mener le combat contre le mal. Ceci dit, le reste n’est pas tout à fait conforme à cela, avec un assassin (de métier) comme aide, des séraphs qui ont des problèmes d’éthique, et qui sont loin d’être des anges de lumière, et des créatures qui se nourrissent de la méchanceté des gens. L’ensemble est un peu naïf, mais pose en même temps pas mal de questions d’éthique et de morale, et les personnages sont plutôt bien trouvés et rendus en paroles et en actes. Il y a toute une mythologie arthurienne sous-jacente, et si vous connaissez les personnages et lieux, vous allez parfois vous amuser, et parfois être agacé par les informations que cela vous donne.

Des jours et des vies
LabyrintheTout en sachant que le jeu peut être sauvegardé (1 slot) au milieu de nulle part pour éviter les gros retours en arrière, le jeu dispose d’une durée de vie plus que correcte au premier passage, même sans les quêtes secondaires, remplissage de listes (points d’intérêts, monstres, objets, monolithes, …) et zones de combat optionnelles. A noter que les personnages possèdent des capacités à repérer les choses de loin, facilitant le jeu si vous décidez de tout compléter. Il y a un jeu +, et un DLC peu cher d’un scénario beaucoup plus court racontant l’histoire d’Alisha (que vous rencontrez au début du jeu) en mode jouable.

Jeu de mains, jeu de vilains
Le gros problème de ce jeu est le multi-joueurs. Le jeu ne se contente pas d’ignorer les joueurs 2 à 4 avec la caméra, rendant le combat compliqué, il impose en plus d’avoir le joueur 2 et suivants sur des Séraphs, bloquant le système de fusion avec ceux-ci. Le changement de personnage est lourd et complexe, et les personnages présents à l’écran, mais non utilisés, ne se mettent pas d’eux-mêmes en mode automatique, préférant rester inactifs dans un coin. Je ne comprends même pas pourquoi ils ont inclus ce mode qui n’apporte rien et qui semble être au niveau d’un jeu des premières consoles, voire pire.

En définitive, ce jeu n’est peut-être pas un premier choix, mais pour chaque partie du jeu – excepté le multi-joueur – le niveau est bon, et il y a de petits détails qui relèvent encore l’attrait. De toute façon, si vous aimez les RPGs, les Tales of ou les jeux avec un scénario correct, ou que vous cherchez un titre pour votre PS4, profitez. Contrairement à d’autres jeux que j’ai testés, ce n’est ni un indispensable ni une raison d’achat de la console, mais c’est un bon titre à avoir dans sa ludothèque et il serait dommage de passer à côté.

Testé à partir de la version physique

** Test réalisé par Midori, maman, amatrice de jeux vidéo, livres, musique et plein d’autres choses. Coupable de http://www.loutan.net/blog/ et plein d’autres… **

Type: RPG
Éditeur : Bandai Namco
Age/Pegi : 16+
Sortie : 16.10.2015
Multi-joueurs : local
Plate-forme : Playstation 4, Playstation 3, PC (Steam)
Testé sur : Playstation 4

  • le système de combat
  • l’histoire
  • la musique
  • les questions d’éthique et de morale

  • le multijoueur catastrophique
  • la quantité de DLCs pas forcément super
  • le partage PS4 bloqué

 

En résumé...

A mon avis...

Fusions, Seraphs et... Arthur

Tales of Zestiria est un jeu qui est facilement sous-estimé dans tous ses aspects, mais ce serait une erreur de passer à côté. il ne faut pas ignorer Tales of Zestiria si vous aimez les RPGs, les Tales of ou les jeux avec un scénario correct et que vous cherchez un titre pour votre PS4, foncez.

A propos Nicole Loutan

maman, amatrice de jeux vidéo, livres, musique et plein d’autres choses. Coupable de http://www.loutan.net/blog/ et plein d’autres…

Voir aussi...

Samsung étend sa gamme d’appareils mobiles Galaxy avec cinq nouveaux produits

Individuellement puissants, imbattables ensemble: ce qui, depuis toujours, est la maxime première des vrais teamplayer …

Date de sortie pour le beat’em all, 9 Monkeys of Shaolin

Buka Entertainment et Ravenscourt sont fiers d’annoncer que le beat’em all 9 Monkeys of Shaolin sortira le 16 Octobre 2020 sur PlayStation®4,Microsoft …

Saviors of Sapphire Wings et Stranger of Sword City Revisited annoncés sur Switch

NIS America est fier d’annoncer aujourd’hui son tout nouveau titre : Saviors of Sapphire Wings. Ce Dungeon-RPG sortira …

S2Pmag Forums Test – Tales of Zestiria

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Articles
    • #75065 Répondre
      Nicole Loutan
      Participant

      Tales of Zestiria est un jeu qui est facilement sous-estimé dans tous ses aspects. Il a déjà eu le manque de chance d’arriver dans une période très ch
      [Lire l’article complet: Test – Tales of Zestiria]

Vous lisez 0 fil de discussion
Répondre à: Test – Tales of Zestiria
Vos informations:




%d blogueurs aiment cette page :