Home / Techno / Test – Huawei P9 : Le noir et blanc prend des couleurs

Test – Huawei P9 : Le noir et blanc prend des couleurs

Huawei fait feu sur tous les fronts. Que ce soit un positionnement agressif avec sa marque jeune Honor ou en jouant habilement le rôle d’outsider pour venir taquiner les ténors dans la chasse gardée des modèles de haut vol, quitte à chambouler les adeptes de la pomme croquées ou ceux d’un certain coréen, cette nouvelle donne fait du bien aux consommateurs que nous sommes. Avec son P9, Huawei vise le haut de gamme des photophones, et se targue même d’un partenariat avec l’iconique marque allemande, Leica. Attention aux flashs, ça décoiffe!

  • Test
  • Fiche

Noir et blanc, mais dans l’ère du temps

P9 frontPour ceux qui sont déjà convertis aux smartphones du chinois qui ne cesse de monter, le P9, du côté du design, se positionne en droite ligne entre le P8 et le Mate S. Un look somme tout très classique, doté de finition à la hauteur de ses ambitions, que ne vient que légèrement troubler la présence du bloc optique du double capteur photo dorsal, souligné d’une bande noire en verre et frappée de la célèbre marque partenaire, Leica. L’écran de 5,2 pouces occupe correctement la face du P9, tandis que l’on retrouve un très bon capteur d’empreinte intégré au dos du mobile, comme l’a déjà fait Huawei sur d’autres modèles, incluant la gestion des gestes raccourcis, mais qui s’avère une première sur la série P. Le smartphone est agréable en main, tandis que l’on remarque d’autres petites différences par rapport au P8, à savoir une prise jack qui se positionne maintenant sur le bas de l’appareil, tandis qu’à proximité, c’est un port USB-C qui est intégré en lieu et place du vieillissant mini-USB.

À l’utilisation, l’écran de LCD IPS à la résolution Full HD (423 points par pouces) est doté d’un excellent rendu, appuyé par un bon contraste et une colorimétrie au poil, même si à l’heure actuelle, certains écrans Amoled font mieux, notamment pour ce qu’il en est de la profondeur des noirs. Il reste également bien lisible à la lumière du jour, malgré quelques reflets inévitables. En poursuivant avec l’interface, le P9 se base sur Android 6, sur lequel Huawei vient apposer sa griffe via l’efficace surcouche Emotion UI qui passe en version 4.1. Peu de différences à l’utilisation, avec toujours cette surcouche qui s’évite les tiroirs d’application, s’inspirant largement de ce que fait Apple.

Huawei intègre sa nouvelle puce mobile, le Kirin 955, qui fait office de moteur efficace, même si en passant le P9 aux inévitables benchmarks, il s’avère moins gonflé que d’autres hauts de gamme, se cantonnant en dessous de la barre des 98000 points. Ce qui, à ce niveau de puissance ne se ressent pas à l’utilisation, la marge étant plus que confortable. Par contre, le P9 a tendance à prendre des coups de chaud, ce qui se ressent y compris sur la face avant du mobile. Le bon côté de cette dispersion thermique sur une plus grande surface qu’en un seul point chaud, certainement grâce à la conception en aluminium, c’est que très rapidement, après une séance de jeu intensive ou une rafale de photo à la durée exagérée, le P9 ne dégage plus de chaleur excessive. On osera cependant se demander si, dans les limitations du mode de capture vidéo, l’impasse sur le format 4K n’est pas liée à cette chauffe temporaire, qui aurait du coup être plus intensive. Mais que les plus joueurs se rassurent, dans le domaine du gaming, tout reste parfaitement sous contrôle et bien fluide lors de l’exécution de titre en 3D gourmands en ressources. Idem pour la lecture vidéo, parfaitement maîtrisée, tandis que du côté du son, comme bien souvent, le haut-parleur intégré ne fait pas de miracle sur un smartphone. Par contre, la qualité du son via la prise mini-jack est très bonne.

Oui, on y arrive, minute…

À l’heure d’aborder le point qui est vraiment mis en avant par Huawei avec ce P9 et le partenariat réalisé avec Leica, autrement dit la photo, disons que le résultat est bon, mais pas tout à fait comme nous l’aurions imaginé…

L’appareil photo principal au dos du P9, avec sa double optique, est en fait composé d’un capteur doté de la capacité de capturer des images en noir et blanc avec de vrais niveaux de gris, autrement dit sans filtre RBG. Dans le cas de photos réalisées en noir blanc, le résultat est vraiment excellent, à vrai dire, encore jamais vu jusqu’ici sur un smartphone, avec une limite qui s’atteint cependant dans le rendu avec une plus grande tendance à la surexposition. L’autre module, qui capte les images de manière plus classique, en couleur, est également épaulé par celui limité au noir et blanc sans filtre RVB, avec pour but une meilleure captation de la lumière. Ce qui devrait se traduire par une montée en ISO maîtrisée, tandis que les 2 “yeux” du P9, dotés chacun d’une résolution de 12 Mpxl, sont également enclins à apporter une meilleure résolution ainsi que plus de détails. Faute est cependant d’avouer que si le rendu en noir blanc est incroyablement balancé et détaillé, pour les clichés en couleur, dès que le sujet est éloigné, le piqué et la précision des images se perd rapidement. En basse lumière, l’apport de luminosité du capteur NB ne parvient pas à rivaliser avec le système du S7 de Samsung, et le bruit se fait plus rapidement sentir. La mise au point est également plus lente. Ce qui handicape le P9 pour ceux qui voudraient avoir un smartphone qu’on sort de sa poche, on déclenche, et basta, peu importe la situation, la photo sera bonne. Par contre, pour les amateurs de photo, l’option d’un vrai capteur NB réservé aux photos , le mode pro (complet, mais pas très ergonomique, ceci dit, avec un accès en mode paysage qui reste en mode portrait…), les effets et films typés Leica, tout cela peut s’avérer un réel plus. Sans oublier les puristes qui peuvent choisir de récupérer les images en RAW, au besoin. Du coup, la combinaison des deux objectifs diffère bien de ce à quoi on s’attendait, en ne proposant pas un mobile grand public, mais un photophone dédié à une petite niche d’amateurs qui en pincent pour le noir et blanc. Soyons patients, l’idée est excellente, ce n’est que la première coopération de Leica tant sur le software que les optiques avec Huawei, et cela devrait s’améliorer avec les prochaines versions.

 

Une nouvelle voie à tracer

Pour une fois que la mise en œuvre d’un système intégré à un smartphone, ici du côté de la photo, est novateur, on ne va pas se mettre à tirer dessus à boulets rouges. On saluera donc le travail de Huawei, qui manque peut-être la vaste cible du réservoir grand public, mais qui pourrait bien toucher directement les vrais passionnés d’images en noir et blanc. Autant dire que cela risque de faire moins de volume que pour un S7, mais finalement, est-ce vraiment le problème du consommateur?

Pour le reste, le P9 est doté d’une autonomie correcte en usage modéré, avec une bonne journée, mais attention aux séances de jeu intensives, qui font fondre la batterie à vue d’œil. Le mobile est toutefois compatible avec la charge rapide, permettant de récupérer un plein cycle de batterie en un peu plus d’une heure et 30 minutes. Niveau réseau et connectivité (GPS, WiFi+, accroche réseau), comme d’accoutumée avec Huawei, le résultat est au top, tandis que le P9 peut voir sa capacité de stockage augmentée via une micro-SD. Comptez tout de même un peu moins de 549 de nos francs (constaté ce jour sur le web) avec 32GB de stockage pour goûter à ces premières amourettes entre Huawei et Leica…

Huawei P9

  • Ecran : LCD IPS 5,2 pouces  avec définition Full HD 1080p, résolution de 423 ppp, taux de saturation des couleurs de 96% et luminosité de 500 nits
  • Processeur : octo core Kirin 955
  • RAM : 3 Go
  • Stockage : 32/64 Go
  • Slot SD : oui
  • Appareil photo : double capteur Leica SUMMARIT H 1:2.2 / 27 ASPH de 2 x 12 mégapixels avec double flash LED et autofocus laser, ouverture f/2.2
  • Caméra frontale : 8 mégapixels
  • Connectique : USB Type C
  • Autres : lecteur d’empreintes digitales, haut-parleurs stéréo, infrarouge
  • Batterie : 3000 mAh
  • Coloris : or, noir, gris, rose
  • OS : Android 6,0 avec EMUI 4,1
  • Dimensions : 145 x 70,9 x 6,95 mm
  • Poids : 144 grammes
  • Qualité perçue
  • Capteur monochrome
  • Ecran
  • Interface agréable

  • Chauffe lors de forte sollicitation
  • Pas de vidéo en 4K ni en noir et blanc
  • Pas de stabilisation optique.

En résumé...

A mon avis...

Atypique

Un mobile prometteur sur le papier, qui tient en partie ses promesses, mais qui au final s'adressera avant tout aux amoureux de la photographie en noir et blanc.

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

Les Sims font leur entrée à l’université

Electronic Arts et Maxis continuent de s’occuper des possesseurs des Sims 4 avec l’arrivée d’une …

Concours : gagnez le jeu “Dragon Quest XI : Les Combattants De La Destinée – Édition ultime” sur Switch !

La série de RPG classique passe au niveau supérieur sur Nintendo Switch. Découvrez la version …

Darksiders: Genesis, des dates de sortie et un trailer épique

Darksiders Genesis, qui avait été présenté peu avant l’E3 2019, un titre hack’n slash rappelant …

S2Pmag Forums Test – Huawei P9 : Le noir et blanc prend des couleurs

Ce sujet a 2 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  JP, il y a 1 an et 2 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #74620 Répondre
    Eric Rivera
    Eric Rivera
    Admin bbPress

    Huawei fait feu sur tous les fronts. Que ce soit un positionnement agressif avec sa marque jeune Honor ou en jouant habilement le rôle d’outsider pour
    [Lire l’article complet: Test – Huawei P9 : Le noir et blanc prend des couleurs]

  • #74621 Répondre

    JP

    Pas de stabilisation optique, pas de 4K, pas de films en noir blanc, moins bon en basses lumières… Ça fait beaucoup face au S7. Mis à part le Noir et blanc et le logo Leica, euh…

  • #74622 Répondre

    ireda10

    Le meilleur smartphone de tous les temps !

Répondre à : Test – Huawei P9 : Le noir et blanc prend des couleurs
Vos informations:




%d blogueurs aiment cette page :