Home / Techno / PC / Test – Acer Predator 17 : Un chasseur jamais pris d’effroi

Test – Acer Predator 17 : Un chasseur jamais pris d’effroi

Acer s’est lancé depuis peu dans le très juteux marché des laptops dédiés aux joueurs exigeants. Les machines produites s’inspirent très largement de celles déjà disponibles sur le marché, à l’instar de ce que conçoit Asus. Que vaut ce nouveau prédateur? Aigle aux griffes acérées ou vulgaire moineau rapace? Voyons cela…

  • Test
  • Fiche

PredatorAgressif et agréable à la fois

Lignes tendues, regard agressif, le design du Predator 17 semble tout droit sorti de l’esprit volontairement cartésien d’un concepteur automobile désireux d’afficher d’entrée de jeu la couleur. Matériaux de choix, touché agréable, assemblage de qualité, le premier contact fait vraiment bonne impression.

D’une fois appuyé sur le starter, la machine s’emballe un bref instant, dans un rugissement de fauve, avant de revenir à un ronronnement de chatte allaitant ses petits. C’est un des arguments marketing d’Acer, qui met l’accent sur le refroidissement de sa nouvelle bête de compétition. On peut même, au besoin, retirer le lecteur de supports optiques pour y glisser à la place un ventilateur supplémentaire, optimisant encore la dissipation thermique de l’engin. Le constructeur asiatique a même pensé à intégrer une solution logicielle permettant d’inverser brièvement le flux d’air et d’expulser ainsi les poussières. Tout cela est bien pensé, la température reste maîtrisée, tandis que le raffut généré est tolérable pour un transportable de cette catégorie.

L’écran est doté d’un rendu convenable, avec une dalle IPS lumineuse se limitant toutefois à du 1080p, tandis que son contraste pourrait être un poil meilleur. Mais ne pinaillons pas. Le clavier agréable à la frappe, de genre chicklet et intégrant tout naturellement un pavé numérique, s’étoffe des touches programmables qu’affectionnent les joueurs exigeants, au nombre de 5, sur le côté gauche. Acer n’omet pas la petite touche “tuning”, avec un rétro éclairage pour le clavier principal, en rouge, alors que le pavé numérique s’illumine d’un bleu plus apaisant. Les touches dédiées aux déplacements sont, elles, directement injectées en polymères bicolore, noir en leur cœur et rouge sur les 4 flancs. Rien à redire sur le trackpad, doux et réactif, un point à souligner, même si les joueurs lui préféreront, à n’en point douter, une bonne souris.

predator real

Parlons son. Généralement, les transportables dédiés au jeu s’efforcent d’intégrer un système audio digne de ce nom. Du moins sur le papier. Ici, Acer nous livre une copie propre, à dire vrai surprenante, tant le rendu phonique est au rendez-vous. C’est qu’avec 4 haut-parleurs et un joli petit caisson de basses intégré, le résultat est bien là. Alors non, on ne se retrouvera pas avec la tête dans une tour Marshall, mais dans le domaine, on frise l’excellence.

Pour finir ce tour du propriétaire, le Predator 17 dispose de toute la connectique dont devraient être équipés les laptops de jeu contemporains. USB, lecteur de cartes SD, HDMI, DVI, Thunderbolt 3, Ethernet… On aurait juste pu émettre le souhait de voir figurer à la liste un autre système de branchement pour la recharge, permettant de pallier aux inévitables ruptures de soudures dues au jeu pris par ce type d’accouplement.

Des composants au goût du jour

Acer ne s’est pas contenté de réaliser un bel ordinateur de jeu. Sous le capot, on retrouve ce qu’il faut pour satisfaire les joueurs exigeants, en mal de sensations fortes. Dernier processeur Intel Core i7-6700HQ cadencé à 2,6 GHz (quad/8fils), chipset graphique NVIDIA Gforce GTX 980M et 16Go de DDR4 de quoi assurer l’exécution des tâches les plus lourdes. Bien que la GTX980M soit la plus puissante des puces graphiques dédiées, le score obtenu avec 3DMark, avec 11169 points, est tout juste suffisant pour s’élancer dans la réalité virtuelle, avec un Oculus ou un Vive. Par contre, dans des titres comme The Witcher 3, Fallout 4 ou The Division, tout est parfaitement fluide, même en poussant les réglages jusqu’à élevé, voir ultra, sur l’écran mat de la bécane. Les débits offerts par le SSD Samsung (237Go pour la version testée) ne sont sans doute pas anodins à cette débauche de fluidité in game, tandis que le disque dur de stockage, un Western Digital de 1 To, fait parfaitement son job. Connecté à un écran externe, le modèle de test supporte même la G-Sync.

Evolutif, également

Contrairement à certains constructeurs, aussi soucieux du design que de l’obsolescence programmée, Acer n’omet pas d’offrir à ses clients la possibilité de mettre à jour certains composants. Nul besoin, pour se faire, de passer par un atelier spécialisé en électrotechnique, un simple tournevis cruciforme fera l’affaire pour y accéder, soit à la Ram, soit au SSD. Rien de mirifique, mais c’est déjà ça.

Finalement, Acer a assuré son coup avec ce Predator. Mais attention tout de même au prix, qui, dans la configuration testée, s’élève à 2099 CHF (prix constaté ce jour sur le web). Toutefois, relativement à la concurrence, cela s’avère une bonne affaire…

  • Finition
  • Puissance
  • Evolutivité
  • Système audio
  • Refroidissement
  • Système anti-poussière
  • Clavier
  • L’écran pourrait être plus contrasté

En résumé...

A mon avis...

Equilibré

Avec le Predator 17, Acer se positionne à merveille dans le segment des portables dédiés au gaming. De plus, son rapport qualité prix est intéressant en regard de ses concurrents, à performances égales.

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

Devil May Cry : le 25 juin sur Nintendo Switch

On vous en avait déjà parlé, cette fois on a la date de sortie officielle …

Capcom: Une bêta pour Monster Hunter World : Iceborn sur PS4

Capcom prévoit une bêta de Monster Hunter World : Iceborn du vendredi 21 juin à …

Premier appel à projets dans le domaine des jeux vidéo

Pour la première fois, l’Etat de Vaud lance un appel à projets dans le domaine …

S2Pmag Forums Test – Acer Predator 17 : Un chasseur jamais pris d’effroi

Mots-clés : , , ,

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par Eric Rivera Eric Rivera, il y a 3 ans.

Répondre à : Test – Acer Predator 17 : Un chasseur jamais pris d’effroi
Vos informations:




%d blogueurs aiment cette page :