Home / Tests Techno / Avis / Avis – Brother VC-500 W : quand l’étiquette fait sa loi

Avis – Brother VC-500 W : quand l’étiquette fait sa loi

Vous avez déjà rêvé de pouvoir vous imprimer de beaux autocollants sans passer par un système d’imprimerie, même online, ni ne devoir attendre patiemment que votre création sonne à la porte en compagnie du facteur ? Voilà t’y pas que Brother nous a livré un bidule qui est prévu pour ça, afin qu’on vous relate l’expérimentation. Disons que ça colle à peu près avec la promesse…

Bon, je ne vais pas tout péter, faut pas non plus se la jouer méchant garçon. Mais cette petite merveille de technologie, qui imprime sans encre, mais avec des consommables propriétaires, est tout de même mignonne. Un peu rondouillarde et anguleuse, de la taille d’un pamplemousse et 2 à trois fois plus lourde que l’agrume précité, la VC-500 W est très bien pensée de prime abord.

Mais, rapidement, ça se gâte. Déjà première question : pourquoi ne pas avoir mis la connectique USB du même côté que la sortie imposée de l’alimentation. Je dis imposée, parce que si le guide câble inclus dans la base moulée de l’imprimante est pico bello, le côté n’est pas le bon pour que ce soit uniforme. Et ce, alors que Brother vend le bousin comme étiqueteuse couleur de bureau, là où elle est censée rationaliser les choses.

Après, bon là ce n’est plus du pinaillage, mais limite du pétage de plombs, il faut installer les drivers et softwares pour que ça marche. Alors bonjour le Dafalgan effervescent ! Et j’exagère à peine ! Entre l’installation du soft et la première impression, il m’a fallu 2 jours, en faisant de pauses, parce que j’ai failli la foutre par la fenêtre !

Il fallait comprendre que pour connecter l’imprimante en une sorte de Wi-fi direct non protégé, soit un réseau privé sans fil, qu’il fallait que le réseau privé ne soit pas privé, mais public. Très logique. Et en plus, il faut, à chaque fois, changer de connexion wi-fi entre celle pour le web et celle pour l’imprimante. Aaargh ! Mais Brother indique tout de même qu’il faut bien lire le mode d’emploi. Heureusement!

Oui, bon, si c’est utilisé dans un bureau pété de fonctionnaires, ça peut être rigolo pour imprimer 2 fois par an de faux timbres postes quand les collègues sont en vacances aux Maldives et qu’il faut tenir la baraque. Mais si on veut être créatif avec, tout de suite, là, en déballant la Brother VC-500W, c’est une autre histoire.

Belle qualité d’impression

Le logiciel P-Touch est très efficace et précis

Après, bonne nouvelle, la WC, pardon, VC-500W (ah, ces noms poétiques…) tient ses promesses au niveau du résultat. Pfiou, mais il en aura fallu. Impressions allant de la taille d’un timbre sur une bande de 9 mm (livrée avec, plus un rouleau de nettoyage) à une largeur de 50 mm, on peut vraiment imprimer de très beaux autocollants, dans une résolution correcte. En plus, la machine avance et recule le papier en bande, et le prédécoupe pour qu’il soit plus facile à poser ses autocollants. Du coup, je me suis rattrapé des jours précédents, et mis à part 2-3 essais avec le logiciel d’édition P-Touch (qui s’active avec le n° de série de l’imprimante) pour le comprendre, tout était enfin simple.

J’ai envie de dire, au final, que tant que Brother ne livre pas une mise à jour de sa VC-500, en tout cas pour les PC avec Windows 10 utilisés hors réseau partagé, eh ben à moins d’être un tantinet bidouilleur, il risque bien d’y avoir plus de retour en magasin qu’autre chose…

Si j’étais vous, j’attendrais un poil avant de l’acheter, le bousin coûtant tout de même CHF 159.- (toppreise ce jour) . Quant à nous, nous mettrons à jour cet avis si Brother juge bon de nous tenir informés d’une mise à jour des pilotes et du logiciel d’installation, parce que, j’ai failli oublier, la machine n’était pas même reconnue en USB durant ce test!

A propos Eric Rivera

Eric Rivera
Tombé dedans tout petit, à l'époque du C64 et de l'Amiga, tandis que l'informatique grand public avait encore une image médiocre, je me suis accroché. La passion aidant, je me suis retrouvé à rédiger pour divers médias, au travers de piges en plus de feu Start2Play. Mais je ne néglige en rien le monde réel, une poignée de main et une vraie discussion, en buvant un verre, s'avérant toujours plus conviviale que n'importe quelle alternative cybernétique. Ici, je m'occupe essentiellement de la partie technique du site, mais certaines sources, que nous garderons sous couvert, affirment que j'officie comme rédacteur en chef. Personnellement, je n'y crois pas...

Voir aussi...

MacOS Catalina: Apple Arcade débarque

Avec iOS 13, Apple changeait légèrement la donne sur les mobiles, en livrant Arcade, un …

L’événement spécial Halloween 2019 de Brawlhalla est disponible

Ubisoft annonce que l’événement Brawlhalloween 2019 introduira des éléments sur le thème d’Halloween, un menu …

La veillée des Saints revient pour Halloween dans Final Fantasy XIV Online

À l’occasion d’Halloween et avec le grand retour du Cirque intercontinental et de la Veillée …

S2Pmag Forums Avis – Brother VC-500 W : quand l’étiquette fait sa loi

Ce sujet a 2 réponses, 2 participants et a été mis à jour par Eric Rivera Eric Rivera, il y a 6 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #76684 Répondre
    Eric Rivera
    Eric Rivera
    Admin bbPress

    Vous avez déjà rêvé de pouvoir vous imprimer de beaux autocollants sans passer par un système d’imprimerie, même online, ni devoir attendre patiemment
    [Lire l’article complet: Avis – Brother VC-500 W : quand l’étiquette fait sa loi]

  • #103787 Répondre

    Henri Vuilleumier

    Merci pour ce test bien utile, moi qui pensais l’acheter je vais y renoncer. Je croyais qu’il suffisait de la brancher en usb et hop c’est parti ! Ayant déjà lancé 2 imprimantes contre la façade de mon balcon et venant de le repeindre ! En plus, je n’arrive pas à savoir si le ruban est plastifié, l’est-il ? En tous cas merci pour votre test 😀👍

  • #104079 Répondre
    Eric Rivera
    Eric Rivera
    Admin bbPress

    Oui, le ruban est plastifié, à la manière des auto-collants 😉

Répondre à : Avis – Brother VC-500 W : quand l’étiquette fait sa loi
Vos informations:




%d blogueurs aiment cette page :