Home / Games / Avis – Destination Primus Vita Episode 1

Avis – Destination Primus Vita Episode 1

Destination: Primus Vita Episode 1 est le premier épisode du jeu d’aventure/puzzle au format épisodique sorti le 16 août 2018 sur PC (Steam), développé par les canadiens d’Epsilon Games et édité par Green Man Gaming Publishing.

N’étant pas particulièrement fan de la formule telltalienne (ou telltalique, comme vous voulez), ce test a été une découverte pour moi (dans une certaine mesure évidemment). C’est assez difficile de se faire une idée sur si peu de temps de jeu, la conclusion de ce test sera donc pas mal noyée de conditionnel et de “mais”. Maintenant que la banderole “warning a été tendue, passons au test à proprement dit.

 

  • Test
  • Fiche

Le début d’une épopée futuriste

Ce premier épisode de Destination Primus Vita, nous jouons Austin, une scientifique embarquée à bord du vaisseau Beaufort et actuellement en “cryo-sommeil”, pendant ce sommeil, l’intelligence artificielle du vaisseau fait subir à Austin différents entraînements qui au niveau vidéoludique, sont représentés par des niveaux.

Austin n’étant pas seule à bord du Beaufort, elle devra apprendre à évoluer avec ses équipiers, ce qui ne sera pas chose aisée, puisque que notre chère Austin à une légère tendance à être inapte aux interactions sociales. Ainsi, tout au long de cet épisode Austin devra apprendre à connaître et à cohabiter avec Hayao, Artémis, BrX, Geny et enfin dernier mais pas des moindres, Coby qui n’est autre que le frère d’Austin.

Un gameplay… 

Destination Primus Vita se joue à la première personne, ce qui est plutôt agréable au premier abord, mais dans les faits, ce n’est pas forcément le bon choix dans le cas présent. Les contrôles, du moins à la manette, sont trop rigides et c’est souvent que ces derniers se révèlent assez poussifs, encore plus dans les puzzles d’ailleurs (mais on y reviendra plus bas). Les plateformes murales sur lesquelles on peut simplement marcher ont la fâcheuse tendance à donner le mal de mer à chaque fois que la caméra change d’orientation et quand on doit sans arrêt faire des allers-retours par ces plateformes, c’est fatiguant. Les phases d’exploration, dans lesquelles on doit trouver des indices, discuter avec nos collègues et résoudre des puzzles, les phases de “labyrinthe”, qui sont aussi des phases du puzzle, mais dans lesquelles on devra trouver notre chemin à partir d’indications données à chaque croisement (le tout avec un temps limité, évidemment). Et enfin les phases de QTE, nos QTE adorés.

…Perfectible?


Des QTE tout à fait classiques, malheureusement, dans le sens où ils ne reflètent pas particulièrement les actions du joueurs, mais sont plutôt là pour déterminer si le joueur est une mamie de 78 ans ou un joueur standard avec un minimum de réflexes. Tout aussi classiques, les dialogues à choix multiples, bien évidemment chronométrés, qui n’ont pas l’air d’avoir d’incidence sur le déroulement de l’histoire, mais je ne suis pas allé vérifier, honnêtement.

Une histoire de manette

Les puzzles sont assez difficiles, même avec tous les indices débloqués, ce qui peut être un bon point comme un mauvais, mais quand on y ajoute la difficulté de manier ces puzzles à la manette, ils deviennent assez rapidement irritants. La progression est illustrée par une sorte de profil psychologique se trouvant dans le menu pause et même si ce n’est pas très complet, ça a le mérite d’être une bonne idée et de se justifier dans le contexte de l’histoire.

 

Le jeu dans son ensemble donne l’impression que les développeurs ont voulu en faire beaucoup, beaucoup trop, même. Au point où le jeu en devient lent, entre le rythme de progression et les changements de niveaux déroutants.

Une direction artistique… Classique

Pour ce qui est des graphismes, Destination Primus Vita a su me surprendre, je ne m’attendais en effet pas à de tels graphismes sur un jeu de ce genre. Alors bien sûr, il n’y a rien d’extraordinaire mais on remarque quand-même une certaine qualité dans l’esthétique du jeu. La thématique SF y est donc parfaitement respectée, avec des couleurs bleues, des néons, des bips et des flashs, ainsi que des lumières explosant littéralement dans toutes les couleurs nances possibles.

Petit bémol pour ce qu’il en est des animations en cours de dialogue. Ces animations sont… Un peu perturbantes. Je m’explique: En court de dialogue, notre interlocuteur reste fixe puis, change brusquement d’expression. Alors oui, c’est une façon de mettre en évidence leurs réactions, mais c’en est presque inhumain.

Niveau bande son, ça reste assez banal, on ne la remarque presque pas, sauf lors des longues phases de recherche où le fond sonore vient ajouter à la lourdeur du gameplay.

On reste dans la moyenne…

Je ne pense choquer personne en disant que l’aspect principal, dans ce genre de jeu c’est l’histoire. Dans Destination Primus Vita, on peut effectivement remarquer que des efforts ont été faits pour écrire ce scénario; une épopée intéressante et complexe. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Alors bon, l’histoire n’est pas mauvaise, bien heureusement, mais elle ne se distingue pas vraiment. Mais si elle sait se montrer intéressante la plupart du temps, elle est malheureusement, comme beaucoup d’autres choses dans ce jeu, assez banale. Chacun des personnages est cliché à souhait. C’est d’ailleurs dans les épisodes suivants que le scénariste va devoir se servir de ces différents personnages et les développer de manière à relever le niveau de son titre à la hauteur de son ambition. Par contre si la suite ne fait pas ses preuves, il y a de fortes chances pour que nos héros du Beaufort ne connaissent qu’un maigre succès.

Bien évidemment, la durée de vie de ce premier épisode de Destination Primus Vita n’est pas extraordinaire, on reste dans les standard. J’ai personnellement terminé cette partie en environ quatre heures. Je précise toutefois que j’ai passé pas mal de temps sur les puzzles que j’ai honnêtement parfois réussi à résoudre complètement par chance (et heureusement, parce que j’étais pas parti pour en venir à bout avant un bon moment et ce, malgré le système d’indice) et j’ai déclenché un bon 90% des dialogues possibles. La rejouabilité est quasiment nulle, sauf si on veut  trouver absolument toutes les interactions, ce qui représente assez peu d’intérêt dans mon cas.

… A tous les niveaux…

Au cours de ce test, j’ai rencontré quelques bugs graphiques, notamment au niveau de l’affichage du menu. Il semblerait que ça n’arrive que dans un seul niveau et ce sera probablement corrigé assez rapidement, si ce n’est déjà le cas.
De manière générale, la fluidité  est au rendez-vous, une configuration moyenne sera tout à fait suffisante pour faire tourner ce titre. J’ai cependant constaté quelques ralentissements à certains moments bien précis. Cela n’a pas l’air d’être un problème matériel, plus un soucis d’optimisation, mais ça n’a pas beaucoup d’incidence sur la progression car cela ne se produit que très rarement.

Au final, le bilan est plutôt mitigé. Je n’ai pas été convaincu. La faute à un excès de détails irritants et de petits défauts. Même si Destination Primus Vita ne m’aura pas converti au genre, je pense que les amateurs sauront lui pardonner ses quelques imperfections et y trouveront peut-être même un charme certain.

(Destination Primus Vita Episode 1: Austin a été testé sur PC, avec une version téléchargée sur Steam.)

 Type : Aventure/Episodique/Narratif/Puzzle
 Éditeur : Green Man Gaming Publishing
 Développeur : Epsilon Games
 Age/Pegi :  –
 Sortie :  16.08.2018
 Multi-joueurs : Non
 Plates-formes :  PC
 Testé sur :  PC

  • Esthétiquement, tient la route.

  • Système de progression original.

  • Concept d’un épisode par personnage potentiellement intéressant.

  • Rejouabilité quasi-nulle.

  • Puzzles assez difficiles et parfois hasardeux.

  • Développeurs ont trop essayé d’en faire.

  • Contrôles rigides.

  • Très court.

  • Personnages et histoire très clichés.

A propos Chris Blanco

Chris Blanco
Chris, la vingtaine, je suis un grand fan de jeux vidéos et y consacre une grande partie de mon temps libre. J'aime partager mes opinions et mes idées avec la communauté, le tout dans le respect et l'ouverture d'esprit. Mon autre grande passion est la musique, j'ai eu pratiqué la basse dans plusieurs groupe de metal.

Voir aussi...

Redeemer: Enhanced Edition sera disponible le 25 juin

Buka Entertainement et Ravenscourt nous annoncent la sortie de leur jeu d’action-brawler  en vue du dessus Redeemer : Enhanced …

Le Deluxe Pack de Saints Row: The ThirdTM – The Full Package sur Switch est disponible à la précommande

Deep Silver est heureux de révéler aujourd’hui une nouvelle bande-annonce pour Saints Row®: The Third™ – The …

Duelles au cinéma

Au début des années 1960, Alice et Céline vivent avec leurs familles dans la banlieue …

S2Pmag Forums Avis – Destination Primus Vita Episode 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par Chris Blanco Chris Blanco, il y a 7 mois et 2 semaines.

Répondre à : Avis – Destination Primus Vita Episode 1
Vos informations:




%d blogueurs aiment cette page :