Home / Games / Test – Ghost Of Tsushima

Test – Ghost Of Tsushima

Disponible depuis quelques jours, Sucker Punch nous livre une dernière balade sur PlayStation 4 avant l’arrivée tant attendue de la nouvelle génération de consoles. Après avoir proposé un monde peuplé de personnages dotés de super-pouvoirs, le studio tente de retranscrire une partie de l’histoire du Japon en proposant l’un des univers les plus aimés et demandés, tant par sa richesse qu’aux fantasmes qu’elle suscite. 

  • Test
  • Fiche

Une question d’honneur.

Le titre nous transporte sur l’île de Tsushima, au Japon, en 1274, alors que les samouraïs de l’île, guerriers d’élite et gardiens de ses terres, s’apprêtent à faire face à la terrifiante armée Mongol menée par kothun Khan, petit fils du célèbre Gensis Khan. Mais malgré toutes les qualités conférées à ces nobles combattants, l’île tombe facilement entre les mains des Mongols, réduisant ainsi le nombre de samouraïs à une poignée de survivants. Laissé pour mort lors de la bataille, Jin Sakai, personnage que nous incarnons, se lance en quête de reconquérir et de sauver les habitants de son l’île. Pour ce faire nous devrons arpenter l’île en quête de fidèle compagnons et faire face aux codes qui érigent les samouraïs et donc devenir autre chose pour réussir notre périple.

Si l’histoire en elle-même reste sur fond de cliché, elle offre tout de même une solide base, ainsi que des moments épiques lors de nos aventures. Il en va de même pour la mise en scène. Proche des productions cinématographique traitants du sujet, en intégrant tous les aspects autour de cette époque ( combat, ambiance, musique, tenue, paysage, etc..), l’ensemble reste inégal par moment. Le souci vient du monde ouvert et du rythme que cela peut imposer, tant dans la narration, que dans les mécaniques de jeu.

Petite surprise de la part des développeurs, le mode Kurosawa est présent dans les options, ce qui a pour but d’appliquer un filtre cinéma noir et blanc d’époque pour une immersion encore plus total. 

Porté par le vent.

Pourtant Sucker Punch a voulu sortir des sentiers battus, en proposant un vrai monde ouvert. D’ailleurs, le développement du jeu en lui-même tourne autour de cet aspect. Il faut comprendre par là, qu’ici le mot d’ordre est l’exploration ! Et non de Zeus, ça fait du bien !

De ce fait, mis à part les objectifs du récit principal présentent d’office sur la carte, il faudra par nous-même découvrir le reste du monde qui s’offre à nous. Quêtes, récits et activités annexes, lieux importants, événements dynamiques, tout est à découvrir par notre curiosité ou en discutant avec les différents PNJ présents en jeu. Bien entendu, le jeu récompense chacune de nos actions, ce qui rend l’exploration plaisante et place par moment, l’intrigue principale au second plan.

Même le HUB a été pensé pour, et se retrouve épuré laissant entrevoir uniquement les informations importantes par moment (point de vie, nombre de munitions restant, etc…). Le studio a même poussé le vis en supprimant la mini-carte présente en général dans ce type de production et laissant pour seul GPS, le vent et l’observation du terrain. Une fois un objectif sélectionné, il suffit de faire glisser son doigt de bas vers le haut sur le pavé tactile et ainsi laissé le vent vous indiquer la direction à prendre.

Mais cette approche est à double tranchant. Lors des premières heures de jeux, on se laisse vite transporter, par cette exploration du monde et de ses panoramas à couper le souffle ainsi que par la découverte des différentes activités. De ce fait,  on arrive rapidement à la limite de ce que propose le titre (pourtant complet). Et passé quelques heures, on tombe rapidement dans une redondance. Pourtant, on ne peut pas vraiment reprocher au Studio ce faux pas, puisqu’en règle général, ce type de production reste assez répétitif, surtout si vous cherchez à atteindre le 100%. 

Devenir un Fantôme… Détruire mon ennemi.

Si l’histoire, mélangeant récits et légendes, est un peu en dessous de ce à quoi nous espérons, Ghost Of Tsushima propose tout de même quelques moments équipes, en particulier grâce à sa mise scène lors des duels et à ses graphismes, avec un jeu de lumière parfois bluffant. Oui parfois, car ici aussi tout n’est pas parfait. On frise par moments la correctionnelle, pour une exclusivité. Mais rien qui vient gâcher l’expérience.

Un point important qu’il faut souligner tout de même, les temps de chargement sont rapide. Que ce soit lors du lancement du jeu, des voyages rapides ou même après une défaite, le jeu se charge rapidement. Serait-ce un avant-goût de l’arrivée de la PlayStation 5 ? Si c’est le cas, cela risque de changer notre approche et notre temps de jeu.

L’expérience se base sur une évolution de notre personnage typé RPG que nous connaissons bien pour un jeu d’action en monde ouvert.

De ce fait, chaque récit, activités, découverte complétées, est récompensées par le gain d’expérience représenté ici par des points d’honneur. Chaque titre ainsi gagné offre des points de technique qu’il faut répartir dans 3 arbres de talents (samouraï, postures, Fantôme). De plus, notre équipement (katana, arc, kunai, armures) peut être amélioré grâce à diverses ressources à récupérer lors de notre progression en jeu. Notez également que les développeurs ont mis l’accent sur la personnalisation de notre personnage (couleur d’armure, selle de notre cheval, fourreau, etc..).

Côté gameplay, rien de révolutionnaire encore une fois, mais on nous propose une approche solide et maîtrisée. Il faudra donc jongler entre les différentes postures de combats, qui permettent de prendre l’avantage face à un ennemi équipé uniquement d’un sabre, ou avec un bouclier ou encore avec des armes lourdes. Autre point à noter est le pari pris par le studio, qui consiste à ne pas permettre de verrouiller un ennemi, mais de pouvoir par l’inclinaison du stick gauche donner une direction à notre prochaine attaque. Cette approche donne une autre dynamique aux affrontements surtout lorsque plusieurs ennemis nous entourent. Il faudra également utiliser son environnement, une ruche d’abeilles ou encore un brasero peuvent s’avérer mortel. Un peu comme Batman Arkham, ou il faut observer avant de nous jeter dans l’action. Pour le reste, c’est du classique, nous avons à notre disposition divers outils (kunai, bombe fumigène, bombe collante) pour nous défaire de nos ennemis. Pour ce qui est de nos actions, on dispose d’attaque rapide, d’attaque lourde, d’une parade, d’une esquive et d’un saut.

Notez que titre nous propose deux approches lorsqu’il faut se défaire d’un camp ou d’un groupe ennemis :

Soit la manière forte, on fonce dans le tas avec la possibilité de provoquer ses adversaires, ou la manière furtive, approche du fantôme à assimiler à ce qu’on retrouve dans les Assassin’s Creed. Tuer sans se faire voir.

Ghost Of Tsushima marque ici la fin d’une ère avec brio en proposant une expérience certes classique sur beaucoup de points, mais avec une identité propre à lui. Un jeu agréable tant dans sa prise en main que dans l’exploration de son monde ouvert. Rendez-vous sur la nouvelle génération pour une suite ?

Type : Action/Aventure

Editeur : Sony

Age/Pegi : 18

Sortie : 17/07/20

Multijoueur : Non

Plateforme : PS4

testé sur : PS4 Pro

• l’univers Samouraï
Référence historique
• Graphismes, panorama bluffant
• Monde ouvert bien construit
Jin Sakai
• Prise en main efficace
• temps de chargement
• Un peu redondant
• Certains combats un peu brouillon
• Classique dans ses mécaniques

En résumé...

A mon avis...

Très bon

Ghost Of Tsushima vient mettre un point final à la PlayStation 4 avec succès. Monde ouvert, exploration, samouraï, un combo gagnant.

A propos cedangelus

cedangelus
Juste un joueur comme un autre, passionné de jeux-vidéo !

Voir aussi...

Canon présente l’imprimante photo A3+ PIXMA PRO-200

La Canon PIXMA PRO-200 impressionne avec son design compact, accompagné de technologies innovantes ainsi que …

Milestone dévoile une première vidéo de gameplay pour MXGP 2020

Milestone est fier de dévoiler aujourd’hui une toute première vidéo de gameplay, bourrée d’adrénaline, pour MXGP 2020, …

eSport : la FFF fait appel à la World Gaming Federation et Playce

eSport : la FFF fait appel à la World Gaming Federation et Playce afin de déployer …

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par cedangeluscedangelus, le Il y a 3 mois.
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Articles
    • #202582 Répondre
      cedangeluscedangelus
      Participant

      Disponible depuis quelques jours, Sucker Punch nous livre une dernière balade sur PlayStation 4 avant l’arrivée tant attendue de la nouvelle génératio
      [Lire l’article complet: Test – Ghost Of Tsushima]

Vous lisez 0 fil de discussion
Répondre à: Test – Ghost Of Tsushima
Vos informations:




%d blogueurs aiment cette page :