Home / Littérature / « L’enfant parfaite » de Vanessa Bamberger

« L’enfant parfaite » de Vanessa Bamberger

Avec « L’enfant parfaite », Vanessa Bamberger signe son troisième roman. Elle y évoque l’adolescence et ses difficultés. L’enfant parfaite c’est Roxane, une ado fragile qui se sent très seule. Fille unique, ses parents sont divorcés. Sa mère musicienne est souvent absente pour le travail et son père vit à Sète où il a refait sa vie. Très bonne élève, elle a intégré un lycée d’élite à Paris où elle subit une énorme pression sur les résultats scolaires. Sans compter qu’elle a un acné sévère. Pour le combattre, elle va prendre la seule molécule efficace, l’isotrétinoïne, devenue célèbre avec le Roaccutane. Une substance controversée du fait d’un possible lien de causalité avec des troubles psychiatriques. L’adolescente va être amenée à solliciter un ancien ami de son père, François, devenu cardiologue. Dans son phrasé slamé, Roxane raconte l’anxiété et la peur générées par le sentiment de devoir à tout prix répondre à l’exigence de ses parents, aux impératifs d’excellence et de performance. Elle évoque la perte de confiance en soi, la peur de ne pas être à la hauteur, d’avoir un avenir bouché, de décevoir ses proches. Personne ne voit le drame arriver. François devra en répondre devant le Conseil de l’ordre des médecins.

Tout en bousculant la chronologie, le roman alterne, chapitre après chapitre, les voix de Roxane et de François, mais aussi leurs univers musicaux qui occupent une place importante dans le récit.

Le roman traite avec force et intelligence du culte de la perfection, de la pression sur les notes, des effets produits sur les jeunes qui ont l’impression de jouer leur vie à chaque examen mais de l’impact sur les parents. Ces deniers craignent un manque d’avenir pour leurs rejetons vécus comme un prolongement d’eux-mêmes, alors ils mettent à leur tour la pression renforçant ainsi les effets délétères de ce système axé sur l’exploit, la comparaison et la dévalorisation. Même François, si altruiste, n’y échappe pas et vit une situation d’incompréhension avec son fils de 15 ans qui n’est pas top en maths.

Vanessa Bamberger

Le procès de François constitue un autre point fort du récit. On suit avec intérêt les audiences, les argumentaires des parties. Ce dispositif permet à l’autrice d’explorer la question de la potentielle erreur médicale et de ses conséquences judiciaires. Que peut prescrire un médecin ?Quelle est sa responsabilité ? Autant de questions abordées dans ce récit passionnant de bout en bout !

A propos Alexia Cerutti

Rédiger des piges pour s2p, me permet de conjuguer ma passion pour le cinéma et mon goût pour l'écriture. Je collabore ainsi aux rubriques "films/DVD" et "Au cinéma". Mon genre de prédilection est le polar. Côté réalisateurs, mes préférés sont Woody Allen et Pedro Almodovar. Je suis aussi accro aux séries TV et j'adore enchaîner les épisodes durant des heures. Comme loisirs, j'apprécie aussi beaucoup la lecture, en particulier de polars, et les grandes balades.

Voir aussi...

Avis – Cyberpunk 2077

Annoncé en 2012 déjà, Cyberpunk 2077 aura été un gros morceau pour CD Projekt Red. …

Gaming, les sorties de la semaine

Qu’il neige ou qu’il vente, les sorties jeux vidéo ne cessent pas pour autant. Petit …

Avis – Que vaut la version next-gen de Ride 4.

Disponible depuis le 6 octobre 2020 sur PlayStation 4, Xbox One et PC, le dernier …

Vous lisez 0 fil de discussion
Vous lisez 0 fil de discussion
Répondre à: « L’enfant parfaite » de Vanessa Bamberger
Vos informations:




%d blogueurs aiment cette page :