Home / Games / Test – Persona 5 Strikers

Test – Persona 5 Strikers


Notice: Undefined index: taq_review_title in /home/clients/2b0ad270a050f78993fb9b100b9f8fdc/web/wordpress/wp-content/plugins/taqyeem/taqyeem.php on line 88

Notice: Undefined index: taq_review_total in /home/clients/2b0ad270a050f78993fb9b100b9f8fdc/web/wordpress/wp-content/plugins/taqyeem/taqyeem.php on line 90

Notice: Undefined index: taq_review_style in /home/clients/2b0ad270a050f78993fb9b100b9f8fdc/web/wordpress/wp-content/plugins/taqyeem/taqyeem.php on line 91

Dans le monde du jeux-vidéo, il existe un nombre incalculable d’expériences de tout genre. Pour autant, de temps en temps, une ou deux expériences sortent du lot et viennent généralement marquer une génération de gamers et deviennent ce qu’on appelle vulgairement des “Pépites”. Shin Megami Tensei : Persona 5 fait partie de ces pépites et depuis sa sortie initiale en 2016 puis en 2019 pour son édition Royal, ce J-RPG est devenu en très peu de temps un incontournable et a connu un succès planétaire. C’est sur ce succès que l’éditeur Atlus décide de proposer une suite aux voleurs fantômes en s’associant avec le studio Omega Force, connu principalement pour les Dynasty Warriors, dans le but de repousser les limites de l’expérience offerte.

  • Test
  • Fiche

Après des heures sur Persona 5, l’annonce de cet épisode a tout de suite réveillé la hype, pour autant l’association avec Omega Force, avait levé un petit doute dans son approche. Bien que les Dynasty Warriors soient très appréciés en terme de gameplay, voir un clone d’un One Piece Pirate Warriors, ou un Guerrier Hyrule avec un Skin Persona 5 laissait un peu perplexe, mais après quelques minutes sur Strikers, l’expérience offerte par cet épisode reste authentique. Mise à part les phases de combats, P5S garde la même structure, les mêmes mécaniques que l’épisode originel. 

On retrouve donc toute l’équipe quelques mois après les événements de Persona 5 qui décident ensemble de préparer leurs vacances d’été. Bien entendu, les choses ne vont pas se dérouler comme ils le souhaitent, et notre bande de joyeux lurons vont une nouvelle fois faire face à la corruption qui gangrène les villes du Japon, au travers de prisons (équivalent aux palais) dirigées par des monarques qui volent tous les désirs de la population. Pour réussir cette quête, le groupe pourra s’appuyer sur une toute nouvelle et mystérieuse application, EMMA, et d’un nouveau personnage, ou plutôt une IA nommée Sophie. Si tout ceci semblait très familier, il fallait un prétexte pour relancer notre petite équipe sur les rails.

Notez que les ajouts apportés par l’édition Royal sont ici complètement mis de côté.

Par ailleurs, pour les nouveaux venus, en particulier les joueurs de Nintendo Switch qui n’ont pas pu faire l’épisode principal, sachez que P5S ne propose aucun résumé de l’histoire et vous serez un peu perdu dans cet univers dans les premières heures.

Au-delà de ça, l’histoire devient plus linéaire, et plus basée sur l’action. Bien qu’elles restaient toujours très loquaces, les longues heures de dialogues et d’interactions avec les autres personnages comme les sorties afin de renforcer les liens ont disparu. Le temps et les jours défilent également différemment. Ici pas de pression, le rythme étant tout tracé, seul l’avancement dans les points clé de la narration et dans les donjons feront avancer le temps. On pourra même faire plusieurs voyages entre les prisons et le monde réel sans rien impacter. D’ailleurs, c’est aller et venu deviennent nécessaire pour récupérer de la vie et gérer son équipement à n’importe quel moment.

Seul petit bémol à noter est que le moteur graphique commence sérieusement à vieillir et offre un rendu dépassé voire même en dessous de Persona 5 Royal.

En ce qui concerne le gameplay et l’expérience proposée, le titre garde ses bases. On joue bien à Persona 5, que ce soit dans son approche, que dans ses mécaniques, bien que l’ensemble soit bien plus épuré et rendu plus simple sur certains aspects. Dans l’ensemble, on retrouve bien la mécanique de lien, mais celle-ci devient le lien de groupe et permet au fur et à mesure qu’il monte de niveau, de débloquer divers bonus passifs et spéciaux pour nous aider dans notre progression. La chambre des voleurs fait également son retour, et offre toujours une gestion de nos personae, bien que simplifiée. RPG oblige, il faudra comme d’habitude gérer son équipement et ses consommables.

C’est surtout au niveau des phases de combats que Persona 5 Strikers fait une nouvelle fois la différence. Avec Omega Force aux commandes, on s’attendait à un véritable mosu. Mais en réalité, le titre se rapproche plus à un A-RPG classique. Mais pas de panique, l’essence même qui a fait la force du tour par tour et de sa richesse, est parfaitement retranscrite ici ainsi que son côté infiltration. La progression dans les prisons reste semblable au titre original et il faudra toujours jongler entre les cachettes et tendre des embuscades aux ennemis et ainsi éviter d’attirer trop l’attention sur nous. La petite nouveauté dans cette approche est son côté plus vertical et offre de nouvelles possibilités en dehors, mais également en combat. Plus dynamique donc, suite à la direction prise, il faut user des divers combos disponibles, pour ce genre de production pour se défaire des vagues d’ennemis qui nous font face.

Entre les combos, la gestion des faiblesses, des Personae et attaques spéciales (le principe du one more, du show time propre à chaque personnage) les phases de combats explosent d’effet en tout genre rendant le tout toujours aussi plaisant et stylé. Malheureusement le manque de lisibilité en combat reste le reproche qui entache ce type de production, accentué ici par les différents effets dû à la direction artistique du soft. Très plaisant visuellement, ce plaisir peut frustrer par moments, surtout dû au pic de difficulté par-ci par-là.

Genre : A-RPG / JRPG

Éditeur : Atlus

PEGI/Age : 16

Sortie : 23/02/2021

Multijoueur : non

Plateforme : PlayStaion 4, Nintendo Switch et PC

Testé sur : PlayStation 5

[/tab] [/tab]
• Persona 5 rien que ça suffit à lui-même
• La bande son et possibilité de joueur les musiques de la version royale
• Le système de combat et mécaniques parfaitement respecté
• VoSTFR
• La direction artistique toujours au poil
• le Road trip autour du Japon
• Techniquement daté
• Quelques pics de difficulté en début d’aventure
• Les phases que combats peuvent vite être brouillon.

A propos cedangelus

Juste un joueur comme un autre, passionné de jeux-vidéo !

Voir aussi...

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel IV est désormais disponible sur Nintendo Switch !

NIS America est heureux d’annoncer que The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel IV est désormais disponible …

Découvrez le gameplay de Hot Wheels Unleashed !

Vivez des courses déchaînées et palpitantes dans Hot Wheels Unleashed™.

Retour sur la bêta de Knockout City en chiffres

La bêta cross-play a permis aux joueurs de jouer ensemble entre amis et de se …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.